Ayrault, un retour sans tambour ni trompette à l'Assemblée nationale

le
6
Ayrault, un retour sans tambour ni trompette à l'Assemblée nationale
Ayrault, un retour sans tambour ni trompette à l'Assemblée nationale

On l'avait quitté sur un quai de la gare Montparnasse, à Paris, en partance, avec sa femme, Brigitte, pour sa bonne ville de Nantes. C'était le 1 er avril dernier. Un mois après son départ de Matignon, Jean-Marc Ayrault effectue cette semaine son retour à l'Assemblée nationale comme simple député de Loire-Atlantique. Un come-back autorisé par le Code électoral qui permet à tout ministre de récupérer son siège de parlementaire un mois après sa démission du gouvernement.

Le temps pour l'ex-Premier ministre de se remettre de deux années éprouvantes à Matignon où, explique son entourage, « il aurait aimé rester un peu plus longtemps ». « Ça a été un peu dur pour décompresser et, les premiers jours, il lisait tous les papiers qui étaient publiés », confie un proche. Avant de s'envoler avec son épouse pour des vacances au Viêt Nam, où des touristes l'ont surpris dans l'un des meilleurs restaurants de banh xeo (la fameuse crêpe fourrée du pays) de Saigon.

De quoi prendre des forces avant un retour à l'Assemblée que Jean-Marc Ayrault ne veut surtout pas mettre en scène. « Ça va se faire dans la discrétion, mais sans raser les murs et surtout sans amertume», explique le député Olivier Faure, l'un de ses fidèles. Mardi, il participera ainsi à la réunion de groupe des députés PS avant de déjeuner avec une cinquantaine d'entre eux à la questure autour de Louis Gallois et du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), initié par l'ex-Premier ministre.

«Ne surtout pas gêner l'action de Valls»

Preuve qu'Ayrault entend bien « être au travail », un déjeuner est déjà prévu ce mois-ci avec Francois Hollande. Mais aucune prise de parole médiatique n'est à prévoir dans l'immédiat. « Ce serait prématuré », reconnaît un de ses anciens ministres. Ayrault a simplement demandé de pouvoir récupérer son bureau au Palais-Bourbon, que Bruno Leroux, l'actuel chef de file ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 5 mai 2014 à 18:38

    Il vient finir les qqs trimestres qui lui manquent..et rajouter à la CUMULE ignomi-neuse de tous ses mandats de complaisance mafieuse, et finaliser une retraite dorée, déjà estimée à ce jour, à plus de 200 000 € / AN !!!...Elle n'est pas belle la vie de nos politicards mafieux en col blanc et mains sales ?...

  • nebraska le lundi 5 mai 2014 à 11:13

    J'adore : "Preuve qu'Ayrault entend bien « être au travail », un déjeuner est déjà prévu ce mois-ci avec Francois Hollande"Ca c'est du travail, se demander ce qu'ils vont déjeuner....LOLMoi aussi j'aimerais travailler ainsi et me palper le meme salaire.

  • pichou59 le lundi 5 mai 2014 à 09:37

    c'est l'heure de la deuxième sieste?

  • M3553345 le lundi 5 mai 2014 à 08:05

    AU CHIOTTE

  • M156470 le lundi 5 mai 2014 à 07:55

    FITTOTO -- Alors : DODO et la ferme!

  • M156470 le lundi 5 mai 2014 à 07:54

    FITTOTO -- Il va pouvoir dormir sur ses deux oreilles et rêver du bon temps qu'il s'est payé sur le compte de la France pendant ces deux dernières années...