Ayrault signe la fin de l'objectif des 3% de déficit

le
1
Le premier ministre reconnait que la France ne tiendra pas son engagement de réduction du déficit public: «Nous ne serons pas à 3%» du PIB en 2013. Mais l'objectif de zéro déficit à la fin du quinquennat est maintenu. » Déficit français : Bruxelles prêt à desserrer l'étau

Les esprits avaient été préparés. Alors que plusieurs ministres avaient émis des doutes sur la capacité de la France à respecter la cible des 3% de déficits en 2013, Jean-Marc Ayrault a assumé la révision des objectifs de la France en matière de croissance et de réduction du déficit. Invité mercredi soir de France 3, le premier ministre a admis que la France ne serait «pas exactement aux 3 % [de déficit] en 2013». «Nous n'en serons pas très loin». En cause, la croissance «plus faible» aujourd'hui «en France, en Europe et dans le monde», a-t-il énuméré comme pour se dédouaner. Le premier ministre ne s'est pas risqué à évoquer de nouveaux chiffres. Il en dira plus «en avril» lorsqu'il prése...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 14 fév 2013 à 10:29

    JPi - Entre TVA et CGS et taxes en tout genre il y a, messieurs dames les polis tiques, une possibilité de réduction drastique des dépenses de l'état France. 1ere réduc : la retraite à 65 ans. 2eme réduc : le plafonnement des + hautes retraites. 3eme réduc : le nombre de fonctionnaires. 4eme réduc : le plafonnement des indemnités chômage. Pour la compétitivité il y a les 40 h de travail/semaine. Voyez ! On peut ne pas augmenter les impôts en cassant la croissance et y arriver quand même. Olé !