Ayrault présente un plan de lutte contre la pauvreté

le
0
UN PLAN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ
UN PLAN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault dévoilera ce mardi un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté dans un contexte de crise économique qui a fait exploser la précarité en France.

Réunis à Paris dans le cadre des Assises de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale, membres du gouvernement et responsables associatifs ont débattu lundi des mesures à mettre en place pour tenter de résorber un taux de pauvreté croissant.

Selon une récente enquête de l'Insee, la France comptait 8,6 millions de personnes en situation de pauvreté en 2010, soit 14,1 % de la population, contre 13,5 % en 2009.

Selon la définition de l'Insee, un individu est considéré comme pauvre lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté - 964 euros par mois en 2010. La moitié des 8,6 millions de personnes en situation de pauvreté en 2010 vivaient avec moins de 781 euros par mois.

Dans un rapport sur la pauvreté remis la semaine dernière au Parlement, le ministère des Affaires sociales et de la Santé et le ministère chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion identifient trois défis pour la France.

Face à une précarité qui n'épargne plus des ménages autrefois protégés, le gouvernement entend enrayer cette massification de la pauvreté en mettant l'accent sur "la sécurisation des parcours professionnels, l'accès à l'emploi, la formation tout au long de la vie et l'accompagnement des personnes dans l'emploi".

"SORTIR LA TÊTE DE L'EAU"

Autre tendance observée en 2010, les Français les plus modestes ne recourent pas suffisamment aux dispositifs auxquels ils ont droit, entraînant une intensification des situations d'exclusion, souligne le gouvernement.

"Les personnes pouvant théoriquement être rattrapées par la solidarité sortent du ciblage de dispositifs nationaux trop souvent désincarnés pour assurer une prévention, une prise en charge et un accompagnement vers l'autonomie efficaces", peut-on lire dans le rapport.

"Pourquoi deux foyers très modestes sur trois renoncent à demander un RSA activité auxquels ils ont pourtant droit, c'est-à-dire à 130 euros par mois en moyenne, alors que ce soutien monétaire leur permettrait de 'sortir la tête de l'eau' et peut-être de ne plus en dépendre à terme ?", s'interrogent ses auteurs.

Face à ce travers, le gouvernement s'engage à examiner les dispositifs actuels de solidarité et à les réviser si nécessaire pour les faire correspondre aux besoins réels.

Enfin, concernant l'augmentation du taux de jeunes concernés par la pauvreté, le gouvernement envisage d'adapter les politiques de solidarité pour "empêcher que la pauvreté ne devienne l'héritage et l'horizon d'une partie croissante de la jeunesse française".

Deux nouveaux pauvres sur trois entre 2009 et 2010 sont des enfants de moins de 18 ans. Plus de 130.000 jeunes adultes de moins de 25 ans sortent du système scolaire sans aucune qualification chaque année.

En 2010, les familles monoparentales, les personnes immigrées, les personnes résidant en zone urbaine sensible et les chômeurs sont restés les plus exposés au risque de pauvreté.

Les inégalités se sont par ailleurs creusées entre les 10% des Français les plus modestes et les 10% des Français les plus aisés et, pour la première fois depuis 2004, le niveau de vie moyen des Français a diminué de 0,5 % par rapport à 2009 pour s'établir à 19.270 euros annuels.

Selon un sondage Ipsos pour le Secours populaire, 85% des Français estiment que leurs enfants risquent de connaître une situation de pauvreté et plus d'un tiers des personnes interrogées (37%) affirment avoir déjà connu, à un moment de leur vie, une situation de pauvreté.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant