Ayrault pour la fin des départements de la petite couronne parisienne

le
2
Ayrault pour la fin des départements de la petite couronne parisienne
Ayrault pour la fin des départements de la petite couronne parisienne

Alors que François Hollande vient d'annoncer qu'il souhaitait réduire le nombre de régions, Jean-Marc Ayrault s'est déclaré ce jeudi favorable à la «suppression des départements de la première couronne» parisienne, soit les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, créés il y a tout juste cinquante ans. «Je suis favorable à ce que l'on aille vers la suppression des départements de la petite couronne : faire les communes, et la métropole, a indiqué le Premier ministre sur France Inter. On a besoin de métropoles et autour des métropoles, il faut simplifier». 

Lors de sa conférence de presse semestrielle, mardi, François Hollande a proposé de s'inspirer de l'exemple de Lyon, dont la communauté urbaine exercera désormais, sur son périmètre, les compétences auparavant dévolues au conseil général, l'action sociale en tête. «Là où il y a une métropole forte et là où il y a un département, on fait converger les deux», a précisé mercredi Thierry Mandon, député PS de l'Essonne.

QUESTION DU JOUR. Réforme territoriale : accepteriez-vous la disparition de votre région ?

Une loi donnant naissance à 13 métropoles aux pouvoirs très larges a été votée définitivement en décembre par le Parlement. Elle attend le feu vert du Conseil constitutionnel pour être promulguée. En Ile-de-France, la métropole du Grand Paris doit regrouper en janvier 2016 les communautés d'agglomération des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne avec Paris. Dans un souci de réduction des dépenses publique, et de simplification de l'organisation des territoires, le chef de l'Etat é également expliqué mardi qu'il souhaitait revoir à la baisse le nombre de régions qui pourraient, en métropole, passer de 22 à une quinzaine.

VIDEO. L'interview de Jean-Marc Ayrault

Woerth (UMP) critique sur le redécoupage électoral

Sur le principe, Eric Woerth, député UMP de l'Oise et maire de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lompala le jeudi 16 jan 2014 à 12:56

    attention ! Le maire restait le dernier élu politique accessible au simple citoyen. Certes on lui enlève tous ses pouvoirs pour les donner à des fonctionnaires (ce qui est pire à mon sens !) mais il reste encore un interlocuteur. Par ailleurs, 33000 communes ,c'est peut-être trop, mais seulement là où la densité d'habitat et donc de population est telle que l'on ne peut différencier, sur le terrain, la séparation de ces communes !!

  • frk987 le jeudi 16 jan 2014 à 11:28

    Après la petite couronne tous les autres sont à supprimer comme les cantons du reste. 10 régions, point final et 4000 communes. Mais quel manque à gagner pour ces politicards pou.rris !!!!