Ayrault : les propos de Bourdouleix «pas dignes d'un élu de la République»

le
42
Ayrault : les propos de Bourdouleix «pas dignes d'un élu de la République»
Ayrault : les propos de Bourdouleix «pas dignes d'un élu de la République»

Il fait l'unanimité contre lui. Deux jours après ses propos controversés sur des gens du voyage venus s'installer sur sa commune, la classe politique, y compris son propre camp, cloue au pilori Gilles Bourdouleix, député-maire (UDI) de Cholet (Maine-et-Loire). Alors que 150 caravanes se sont installées dimanche sur un terrain appartenant à la ville et loué à des agriculteurs, l'élu centriste avait affirmé que «Hitler n'en a peut-être pas tué assez», en réponse à des saluts nazis lancés à son encontre pour critiquer son soi-disant racisme.

Suspendu depuis mardi matin par son parti, il nie ces propos, évoquant «une manipulation», même s'ils ont été enregistrés par un journaliste du Courrier de l'Ouest (voir ci- dessous). Le journal a d'ailleurs fait savoir ce mardi qu'il avait porté plainte contre Gilles Bourdouleix pour diffamation et dénonciation calomnieuse. «On ne veut pas entrer dans une polémique, mais on défend notre métier et la façon dont on l'a toujours fait» a expliqué Bruno Geoffroy, le rédacteur en chef. Part ailleurs, la préfecture du Maine-et-Loire, à la demande du ministre de l'Intérieur, va saisir le procureur de la République pour apologie de crime contre l'Humanité.

Revue de détail des réactions.

Valls attend des sanctions «très lourdes»

Au gouvernement et dans la majorité, l'indignation est partagée par tous. Le Premier ministre a jugé que les propos de Bourdouleix n'étaient «pas dignes d'un élu de la République» et étaient «sanctionnables par la loi». Jean-Marc Ayrault, qui sortait d'une réunion avec les parlementaires socialistes, a ajouté «espérer» que le parti politique de Bourdouleix «prendra ses responsabilités car c'est un comportement inadmissible».

Sur iTélé, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, s'emporte : «Ce n'est pas une dérive, ce n'est pas un dérapage, ce sont des mots qui sont inadmissibles et la justice a été saisie parce que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8589793 le mercredi 24 juil 2013 à 15:18

    Quand on a dirigé une équipe dont le minitre du budget fraudait le fisc, il faut ne pas avoir peur du ridicule pour venir donner des leçons

  • M2766070 le mercredi 24 juil 2013 à 10:31

    @renard , y a tulle où tu peux te renseigner , n approfondis pas trop , va te donner des insomnies, pour quelques siècles ... regarde aussi le département c est édifiant .. la gestion groland , ou gesticulation molle ...

  • M2766070 le mercredi 24 juil 2013 à 10:25

    le pédalo prend l eau et au lieu d écoper ils en remettent ... ça coulera plus vite tant mieux !!!

  • M2766070 le mercredi 24 juil 2013 à 10:24

    et l amitié de miteu et rene bousquet t en pense quoi zean marc ??? com hard lem !!! bende de kons

  • M1945416 le mercredi 24 juil 2013 à 09:52

    je préfère un gros co n qui sait bien gérer sa commune, qu'un bien pensant, qui a fait les grandes écoles qui mène le pays à la ruine

  • fgino le mercredi 24 juil 2013 à 09:14

    il a pas dit minable cette fois ci !! quelle culture !

  • M1945416 le mercredi 24 juil 2013 à 09:11

    au fait , la part de l'abattement de l'héritage est passé de 159 000 à 100 000 , pour financer le social (argent qui avait déjà été taxé), en même temps les cités sensibles sont passé de 700 en 96, à plus de 2200 en 2011, il y a un sacré pb dans ce pays, mais chut ... (msg qui a été supprimé)

  • M1945416 le mercredi 24 juil 2013 à 09:04

    on voit ou nos dignes élus de la république on mené le pays

  • M3366730 le mardi 23 juil 2013 à 22:49

    Et ses propres mensonges aux Françaises et Français ne sont pas dignes !Ce gouvernement fait de l'agitation politique et médiatique pour cacher tous les problèmes non résolus, pitoyables !

  • SuRaCtA le mardi 23 juil 2013 à 22:38

    Et quand notre premier ministre nous parle de redressement, de reprise, de fin de la crise alors que tout les voyants sont au rouge est tout aussi indigné! Et on ne parle pas des mensonges par omission et de l'hypocrisie patente sur a peu près tout les sujets, présentement sur le fait de passer sous silence l'occupation illégale de terrain et l'insulte...