Ayrault, la consécration d'un homme discret

le
0
PORTRAIT - Président du groupe socialiste à l'Assemblée depuis 1997, maire de Nantes depuis 1989, le nouveau premier ministre inscrit son action dans la durée. Peu connu du grand public, il entre en fonction dans une période de crise aiguë.

Un inconnu à Matignon? Pas pour tout le monde. Nommé mardi à 16h46 premier ministre par le président de la République tout juste investi François Hollande, Jean-Marc Ayrault a derrière lui une solide carrière politique. Mais de l'aveu même de ses plus proches conseillers, l'homme s'est toujours tenu à distance respectable des lumières qu'auraient pourtant pu lui attirer ses responsabilités successives à la tête de la ville de Nantes d'abord, au sein du Parti socialiste ensuite, à la direction du groupe PS à l'Assemblée nationale enfin. Homme discret, certains disent «effacé», d'autres «terne», Jean-Marc Ayrault n'a pas le talent oratoire qui propulse rapidement devant les caméras. «C'est vrai qu'il n'a pas une aisance médiatique naturelle, reconnaît l'un de ses proches. D'ailleurs, il a même refusé l'émission de Laurent Ruquier.» D'où sans doute cette réaction largement répandue ces derniers jours à l'évocation de sa nomination à Matignon: Jean-Marc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant