Ayrault juge la confession de Cahuzac "un peu pathétique"

le
5
JEAN-MARC AYRAULT A JUGÉ "UN PEU PATHÉTIQUE" LA CONFESSION TÉLÉVISÉE DE JERÔME CAHUZAC
JEAN-MARC AYRAULT A JUGÉ "UN PEU PATHÉTIQUE" LA CONFESSION TÉLÉVISÉE DE JERÔME CAHUZAC

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre a jugé mercredi sur France Inter "un peu pathétique" la confession télévisée de Jérôme Cahuzac, dans laquelle l'ancien ministre a confirmé avoir détenu un compte bancaire non déclaré en Suisse et réitéré ses excuses au gouvernement.

Lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault a mis la balle dans le camp de la justice et répété que ni lui-même, ni le président de la République, n'étaient au courant de ce compte.

"Je vous demande un minimum de respect", a-t-il lancé en réponse au député UMP Philippe Meunier. "Vous insinuez, vous distillez, vous dénigrez, vous salissez, vous n'avez rien d'autre à dire, et vous vous croyez digne ?"

"Vous imaginez un instant que si le président de la République ou moi-même comme Premier ministre avions eu la moindre information à l'égard de Jérôme Cahuzac, il aurait été nommé membre du gouvernement ? Vous vous moquez du monde !", a ajouté le Premier ministre.

Jean-Marc Ayrault a rappelé avoir approuvé la création d'une commission d'enquête parlementaire sur cette affaire, reprochant au passage à l'opposition de n'en avoir pas fait autant lorsqu'elle était au pouvoir.

"Quel contraste avec la période passée. Je suis bien placé pour le dire. Avez-vous la mémoire courte ?", a-t-il lancé. "A chaque fois que le groupe socialiste a demandé une commission d'enquête, vous l'avez refusée".

Jean-Marc Ayrault a cité l'affaire des sondages commandés par l'Elysée lors du précédent quinquennat, celle concernant l'ancien ministre et homme d'affaires Bernard Tapie et celle sur l'attentat de Karachi, au Pakistan, qui tua 11 Français en 2002.

"Le changement, c'est aussi la justice qui s'exprime et qui dira la vérité", a conclu Jean-Marc Ayrault.

Invité de la matinale de France Inter, le Premier ministre avait jugé plus tôt "un peu pathétique" la prestation de Jérôme Cahuzac la veille sur BFM-TV.

"J'ai vu (cette interview), je n'ai pas regardé jusqu'au bout. J'ai trouvé qu'il y avait un côté un peu pathétique de quelqu'un qui a confirmé qu'il avait menti, et qu'il avait gravement menti", a-t-il dit. "Maintenant, il est face non seulement à sa conscience mais il est face à la justice."

"CHRONIQUE JUDICIAIRE"

Également interrogée à ce sujet sur France Info, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a jugé que "ce moment ressemblait à de la téléréalité."

A l'issue du conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé que les propos de Jérôme Cahuzac relevaient "davantage de la chronique judiciaire que de la chronique politique".

Jean-Marc Ayrault a dit considérer la démission de Jérôme Cahuzac de l'Assemblée nationale comme "une évidence", "par respect des Français".

"Je trouve presque indécent qu'on ait organisé un feuilleton" sur cette question, a-t-il dit. "On n'est pas en Amérique, on est en France. Je pense que si dès le départ il y avait eu un peu de décence, la question ne se serait jamais posée."

Tout en demandant pardon au président, au Premier ministre et au ministre de l'Economie de leur avoir menti, Jérôme Cahuzac a dit mardi "ignor(er) quel était (le) degré de connaissance" de cette affaire par François Hollande.

Malgré les dénégations de l'exécutif, l'opposition continue d'attaquer François Hollande et Jean-Marc Ayrault sur ce point.

"Lorsque les faits sont avérés et extrêmement graves, notre rôle d'opposant est de questionner sans relâche l'exécutif", a répété mercredi sur Radio Classique le président de l'UMP, Jean-François Copé.

Pour l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le fait que personne n'en ait informé le président signale un "dysfonctionnement de l'Etat".

""Il y a forcément un service dans l'appareil d'Etat qui a dû alerter quelqu'un. Qui? À quel niveau? (...) je ne sais pas", a-t-il dit sur RTL.

Chine Labbé et Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mercredi 17 avr 2013 à 18:23

    Ayrault ment ! Ayrault est au gouverne ment.

  • M3435004 le mercredi 17 avr 2013 à 17:53

    Il n'y a aucun respect pour les menteurs, les arrogants, les démagogues, les incompétents !DEMISSION DEMISSION DEMISSION DEGAGE !

  • M3435004 le mercredi 17 avr 2013 à 17:52

    Regardez le bien ! Pathétique ? Vous avez dit pathétique ? DEHORS ! OUSTE ! DU VENT !

  • M2280901 le mercredi 17 avr 2013 à 17:40

    vous avez dit pathétique ? qui est pathétique ?

  • M1531771 le mercredi 17 avr 2013 à 17:38

    Pour une fois et même pour la première fois je suis d'accord avec lui..c'était pathétique !