Ayrault grisé par sa parenthèse chinoise

le
0
Le premier ministre regagne Paris ce lundi. Durant cinq jours, il a joué les VRP dans l'empire du Milieu.

Jean-Marc Ayrault est regonflé à bloc. «La politique, dit-il, c'est le mouvement. C'est comme quand on pédale sur un vélo. Quand vous ne pédalez plus, vous tombez.» En novembre, l'annonce de la réforme fiscale lui avait offert ce «mouvement» salvateur. Les cinq jours qu'il vient de passer dans l'empire du Milieu lui ont redonné l'énergie et l'envie. Au point d'en oublier presque les difficultés que rencontre son gouvernement et les rumeurs sur son départ de Matignon. «Je n'ai jamais perdu mon sang-froid», philosophe-t-il. «La zénitude est une très bonne vertu. Il faut qu'elle soit partagée. Il y a des périodes comme ça où elle ne l'est pas assez», ajoute Ayrault, en réponse à la question d'un journaliste sur cette «zénitude» qu'il croit déceler chez le premier ministre.

Confidences sur la réforme fiscale

Dimanche soir, dans un hôtel de Canto...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant