Ayrault est fier de sa réforme des retraites «à la française»

le
19
Le premier ministre ne veut pas «de réforme à l'anglaise ou à l'allemande». La sienne, «de gauche », est juste mais surtout « structurelle», se défend-t-il.

Comment transformer une critique en louange? Jean-Marc Ayrault a tourné à son avantage la sortie lundi, dans une interview au Figaro, d'Olli Rehn qui voyait dans la réforme des retraites du premier ministre... «une réforme à la française». Pas vraiment donc un compliment, pour qui connaît les idées libérales du commissaire européen aux Affaires économiques. Et bien non! Jean-Marc Ayrault, lui, y a vu «un hommage» de Bruxelles. C'est en tout ce qu'il a affirmé vendredi matin, devant plus de 70 membres de l'association des journalistes de l'information sociale (AJIS). «Je ne veux pas faire de réforme à l'anglaise ou à l'allemande, a insisté le chef du gouvernement. C'est une réforme équilibrée, avec des mesures dans le sens de la justice, et des efforts équitablement répartis. Mais ce n'est pas seulement une réforme juste, de gauche. C'est aussi une réforme structurelle, qui a pour but de sauver le système par répartition.»

Une réforme qui s'appuie principalement sur des hausses de cotisation pour diminuer le déficit du système d'ici 2020 et reporte à l'après 2020 tout allongement de la durée de cotisation. Et encore, à un rythme (un trimestre de cotisation en plus tous les quatre ans) et dans des proportions (l'allongement de la durée de cotisation rapportera deux fois moins en 2040 - soit 5,6 milliards exactement par an - que les mesures de redressement à court terme) qui laisse Bruxelles sur sa faim. Pour Olli Rehn, qui s'exprimait, ironie de l'histoire, au même moment à son arrivée à l'Eurogroupe qui se tient aujourd'hui à Vilnius, la France a en effet «encore beaucoup à faire en termes de réformes économiques».

Départ à 68 ans en Allemagne en 2044

Une chose est certaine: la réforme «à la française» des retraites ne ressemble pas à celles menées outre-manche ou sur l'autre rive du Rhin. Mais alors vraiment pas. Au Royaume-Uni, l'âge légal de départ à la retraite va reculer de 60 à 65 ans pour les femmes d'ici à 2020 (les hommes y sont déjà). Ensuite, Cette borne sera repoussée pour les deux sexes jusqu'à 68 ans à horizon de 2044. En Allemagne, il faut avoir cotisé 45 ans pour partir à la retraite à taux plein à 65 ans (contre 41,5 ans en France aujourd'hui, et 43 ans en 2035). Les autres devront cotiser jusqu'à 67 ans en 2031, contre 65 ans aujourd'hui.

Il n'y a pas que les critiques qui se transforment en compliments dans la bouche du premier ministre. Ainsi, le gel de six mois des pensions l'année prochaine, qui ne seront augmentés suivant l'inflation qu'au 1er octobre au lieu du 1er avril habituellement, se métamorphose «un léger retard de revalorisation». Gains pour la branche vieillesse? 600 millions. Mieux, les salariés des régimes spéciaux n'avaient pas vocation à être plus frappés que les autres puisqu'ils ont déjà subi une réforme des retraites en 2008. Réforme que la gauche, soit dit en passant, avait à l'époque violemment combattue et qui n'était en fait qu'un rattrapage des réformes de 1993 (salariés du privé) et 2003 (fonctionnaires). Quant aux retraités, personne - sauf les intéressés, qui vont supporter en 2014 la moitié de l'effort financier exigé par le gouvernement pour «sauver les retraites» - n'aurait compris qu'ils soient laissés de côté. De l'usage de la litote...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mardi 17 sept 2013 à 15:04

    On croit rêver

  • M1961G le samedi 14 sept 2013 à 16:38

    dans ce pays il suffit de s'attaquer aux régimes spéciaux , régimes des fonctionnaires ,politiques pour rééquilibrer les retraites . le privé a déjà donné . à 60 ans , on est plus apte a travaillé .c'est une erreur de travailler plus longtemps dans un pays qui compte 11% de chômeurs . demain en France , on travaillera après 60 ans et le jeune sera chômeurs ,il attendra que le vieux parte .......

  • pichou59 le samedi 14 sept 2013 à 11:11

    il n'a pas peur du RIDICULE

  • roulio86 le samedi 14 sept 2013 à 09:47

    je propose la suppression de ce minable qui ne serre à rien...qui est à la botte du petit boutonneux.on aurait soit un président ou un premier ministre il y a pas besoin de doublon, supprimer les senateurs, diviser par 2 les députés,par 3 les ministres,je pense qu'on ferait beaucoup d'économies....mais ils préfèrent garder leur privilèges et taxer les travailleurs..honteux les voleurs à la porte..

  • gazebo39 le vendredi 13 sept 2013 à 22:48

    il peut vraiment être fier de sa lâcheté , augmenter les cotisations ce n'est pas une réforme, il a eu peur de mécontenter les fonctionnaires et les régimes spéciaux qui sont son électorat , tant pis s'il a sacrifié les jeunes qui faute d'efforts de l'actuelle génération devront encore davantage payer l'addition d'ici quelques années , la gauche a toujours rejeté sur les générations futures le poids des réformes qu'elle n'a pas eu le courage de mener

  • M9323787 le vendredi 13 sept 2013 à 20:44

    et oui ! il y a des gens qui sont fiers d'être cons (et minables)... Pathétique !

  • sarestal le vendredi 13 sept 2013 à 18:59

    surtout en conservant les régimes spéciaux dont le leur !RATP SNCF EDF = 6 milliards /an

  • roulio86 le vendredi 13 sept 2013 à 17:47

    C'est quoi sa réforme a par taxes....c'est tout se qu'ils savent faire

  • danie649 le vendredi 13 sept 2013 à 17:21

    Pas eu les kou.illes d'aligner les retraites des fonctionnaires sur le privé, bah non, c'est son électorat alors pas touche. Le capitaine pédalo et son lieutenant devraient se cacher et avoir honte de nous présenter une non réforme, dehors Messieurs. Attendez les municipales et vous allez comprendre car après c'est dans la Rue que vous allez nous voir.

  • Gary.83 le vendredi 13 sept 2013 à 17:10

    si il est con.tent mieux !