Ayrault détaille sa vision de la politique de compétitivité

le
2
«Si vous pensez que la politique de compétitivité, c'est uniquement l'allégement des charges, c'est que vous ne connaissez pas le dossier !», a déclaré le premier ministre, en déplacement près de Nantes.

«Je crois au génie français». Les quelques manifestants du Crédit immobilier de France qui attendaient Jean-Marc Ayrault à l'entrée de l'Institut de recherche technologique Jules-Verne de Bouguenais, près de sa ville de Nantes, n'ont pas entravé la «détermination» du premier ministre à lancer sa période de «reconquête». «Je suis venu ici vous dire que la France peut être gagnante dans la mondialisation à condition de définir un nouveau modèle industriel», a-t-il lâché devant un parterre de chefs d'entreprises, de chercheurs et d'étudiants - ces deniers arborant tous fièrement un polo siglé «ensemble pour une industrie compétitive».

Le premier ministre a profité de l'occasion de ce déplacement sur ses terres pour donner sa vision de cette politique. Terminé, d'abord, le «choc de compétitivité» de 40 milliards espéré un temps par l'Élysée - et qu'aurait financé une hausse de la CSG - et réclamé à cor et à cri par le patronat. L'exécutif par

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3493130 le lundi 15 oct 2012 à 17:38

    Les profs sont de doux rêveurs! J'ai fait une carrière de prof agrégé sans jamais avoir de problèmes mais j'ai été strict et juste. Cela suffit pour une bonne formation des élèves.Pas de drogues!

  • frk987 le lundi 15 oct 2012 à 17:21

    Un prof n'ayant jamais travaillé se permet d'avoir une vision sur la compétitivité d'entreprises qui oeuvrent dans le monde réel, c'est absolument ...prodigieux, il serait d'un parti catholique ultra que l'on pourrait dire que la grâce lui est tombé dessus, mais là un socialo......c'est pitoyable.