Ayrault confirme mais amende l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

le
3
JEAN-MARC AYRAULT PROMET DES AMENDEMENTS AU PROJET D?AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES
JEAN-MARC AYRAULT PROMET DES AMENDEMENTS AU PROJET D?AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a réaffirmé mardi sa volonté de construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes mais a promis que le projet serait amendé pour tenir compte des critiques de trois rapports commandés pour apaiser la contestation sur le terrain.

Après des affrontements parfois violents entre opposants et forces de l'ordre sur le site du futur aéroport, près de Nantes, Jean-Marc Ayrault avait annoncé fin novembre la mise sur pied d'une commission du dialogue pour apaiser les tensions.

Le président de cette commission, Claude Chéreau, a rendu mardi son rapport qui confirme la nécessité d'un nouvel aéroport tout en émettant des réserves sur l'argumentaire du projet.

Deux autres rapports remis le même jour, sur l'impact du projet sur les terres agricoles et sur l'environnement, plaident pour que soient mieux pris en compte ces aspects, notamment la compensation des zones humides qui seront détruites par la construction du nouvel aéroport.

Pour Europe Ecologie-Les Verts (EELV), les rapports remis mardi "condamnent de fait le projet", car "la copie est bien à revoir intégralement."

"Toutes les interrogations posées depuis des années par les opposants sont aujourd'hui confortées et légitimées. En l'état, la mise en ?uvre de toutes les recommandations formulées dans ces rapports relève de la mission impossible et reporte sine die le projet", écrit le parti écologique dans un communiqué.

Mais le Premier ministre a demandé à Frédéric Cuvillier, ministre délégué en charge des Transports, de prendre en compte les recommandations des commissions", ont indiqué dans un communiqué les services du Premier ministre.

Dans un communiqué séparé, Frédéric Cuvillier confirme que des efforts seront bel et bien engagés.

"Pour limiter l'impact du projet sur les terres agricoles ou les espaces naturels, tout hectare qui peut être gagné le sera", promettent les services de son ministère.

COÛT POLITIQUE

Ces derniers annoncent aussi des clarifications au niveau du réseau de transport de la région ainsi que pour le projet d'urbanisme autour de l'aéroport actuel.

Le couple exécutif, déjà confronté à des sondages catastrophiques, à la contestation du mariage homosexuel et à l'affaire Jérôme Cahuzac, risque donc d'être confronté à un deuxième front de tension autour de Notre-Dame-des-Landes.

Ancien maire de Nantes et défenseur de longue date du nouvel aéroport, Jean-Marc Ayrault a été critiqué au sein même de son gouvernement pour avoir persévéré malgré le coût politique d'un projet jugé non prioritaire par certains ministres.

La décision de confirmer Notre-Dame-des-Landes intervient aussi alors que les écologistes, hostiles à l'aéroport, ont ouvert une brèche dans la majorité mardi en s'abstenant à l'Assemblée sur le projet de loi de sécurisation de l'emploi.

Le groupe français de BTP et de concessions Vinci n'a pas réagi à l'annonce de la volonté de Jean-Marc Ayrault de poursuivre le projet.

Vinci est chargé du financement, de la construction et de l'exploitation du futur Aéroport du Grand Ouest à travers une société associant également les Chambres de commerce et d'industrie de Nantes et Saint-Nazaire, ainsi que le groupe de travaux publics régional CIFE-ETPO.

Avec Gilles Guillaume, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.