Ayrault confirme le projet de compte individuel-pénibilité

le
4
LE GOUVERNEMENT CONFIRME LE PROJET DE COMPTE INDIVIDUEL-PÉNIBILITÉ
LE GOUVERNEMENT CONFIRME LE PROJET DE COMPTE INDIVIDUEL-PÉNIBILITÉ

VELIZY-VILLACOUBLAY, Yvelines (Reuters) - Le gouvernement se dirige vers la création d'un compte individuel-pénibilité dans le cadre de la réforme des retraites, a confirmé mardi Jean-Marc Ayrault lors de la visite du chantier d'un tramway dans les Yvelines en région parisienne.

Accompagné des ministres du Travail et des Affaires sociales, Michel Sapin et Marisol Touraine, le Premier ministre est allé à la rencontre d'ouvriers travaillant de nuit sur le percement d'un tunnel, un déplacement destiné à illustrer le thème de la pénibilité au travail.

Le Premier ministre a confirmé que son gouvernement réfléchissait à l'idée évoquée dans le rapport Moreau de mettre en place "un compte d'épargne" qui attribuerait des points aux salariés qui travaillent dans des conditions pénibles, comme de nuit ou en étant exposés à des produits toxiques.

Jean-Marc Ayrault a évoqué des "crédits de formation" ou "des points qui permettraient de gagner des trimestres et de partir plus tôt à la retraite".

"C'est à cela que nous réfléchissons", a dit le Premier ministre, ajoutant qu'une nouvelle concertation aurait lieu les 26 et 27 août avec les partenaires sociaux et que le projet de loi serait bien en conseil des ministres le 18 septembre.

Jean-Marc Ayrault n'a pas répondu aux questions sur le coût de ce nouveau dispositif pour traiter la pénibilité au travail.

Cette réforme inquiète les milieux patronaux qui veulent éviter une nouvelle ponction sociale sur les entreprises.

Selon des informations de presse, le gouvernement songe en effet à financer le volet pénibilité de la réforme des retraites via de nouvelles cotisations.

Jean-Marc Ayrault a indiqué qu'aucun arbitrage n'avait été fait pour l'heure mais que la question de la compétitivité des entreprises serait prise en compte.

EXPLOSIVE

Confronté à l'opposition des syndicats CGT et FO qui refusent la piste d'un allongement des durées de cotisation, le gouvernement cherche néanmoins aussi à donner des gages pour réussir une réforme jugée explosive.

"Pour nous qui sommes attachés à un certain modèle social français, si l'on veut qu'il vive, il faut aussi prendre en compte les attentes qui sont fortes des salariés en particulier ceux qui travaillent dans des conditions pénibles", a jugé le chef du gouvernement.

Promise par François Hollande pour garantir la pérennité du système français par répartition, la réforme des retraites devrait déboucher sur un allongement de la durée de cotisation et une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) ou de la TVA pour boucler son financement.

Selon Le Figaro daté de mardi, le gouvernement pourrait décider d'allonger la durée de cotisation à partir de 2020 et de financer la réforme à court terme exclusivement par la hausse des prélèvements obligatoires.

Jean-Marc Ayrault est rentré lundi à Paris prendre le relais de François Hollande, qui devrait être absent jusqu'au 19 août, date du séminaire de rentrée du gouvernement consacré à la "France en 2025".

Le président français a donné pour consigne à ses ministres de se montrer le plus actif possible pendant l'été afin de ne pas essuyer à nouveau les critiques dont il avait fait l'objet en 2012, où il avait pour certains donné l'impression de ne pas avoir pris la mesure de la gravité de la crise économique.

Julien Ponthus, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M835627 le mardi 13 aout 2013 à 11:51

    A l'heure où tous s'inquiètent sur la perénité du système de retraite, par quoi commence le gouvernement, par charger encore davantage la barque pour la faire couler plus vite. Il n'a qu'à faire financer la pénibilité par les privilégiés de la fonction publique et des régimes spéciaux dont a déjà financé pendant des décennies la non pénibilité.

  • 11246605 le mardi 13 aout 2013 à 10:10

    Qu'en est t'il des retraites des cheminots qui n'ont pas bougé depuis les locomotives à charbon ?

  • 300CH le mardi 13 aout 2013 à 09:56

    Encore une idée d'usine à GAZ qui va être mise en place part c GAU CHOS GOUMS, comme pour le projet "électricité" mdr, une idée simple Mrs les GOUMS, faite comme pour vos anciens fonctionnaires ou plutôt assimilé-fonctionnaire "les Mineurs de fond" pour toute personne qui travaille sous terre, retraite à 50ans et pour ceux qui travaille aux jours "qui fournissant en matériel ou autres (des personnes qui travaillent sous terre), retraite à 55ans

  • lilian92 le mardi 13 aout 2013 à 08:30

    AYRAULT qui parle de pénibilité alors qu'il n'a pratiquement jamais travaillé. Mais malgré cela il va toucher plus de 15000 euros de retraite par mois évidemment pas par an...Notre société n'est pas représentée, les élus appartiennent au clan des fonctionnaires. Combien de représentant des autres professions du privé ? aucun. Il est temps de se réveiller et d'exiger une représentation des citoyens !