Ayrault "confiant" sur le projet de Notre-Dame-des-Landes

le
2
JEAN-MARC AYRAULT SE DIT "CONFIANT" SUR LE PROJET DE NOTRE-DAME-DES-LANDES
JEAN-MARC AYRAULT SE DIT "CONFIANT" SUR LE PROJET DE NOTRE-DAME-DES-LANDES

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault s'est dit confiant samedi sur l'issue du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, qui a donné lieu à l'automne 2012 à des heurts entre opposants et forces de l'ordre et a suscité des tensions entre Verts et socialistes.

"Tous les grands projets donnent lieu à débat. Sur ce dossier que l'État soutient et que pilote le ministre des Transports, je suis confiant", souligne le chef du gouvernement et ancien maire de Nantes dans une interview à Presse Océan.

"J'ai mis en place une commission du dialogue. Elle a rendu son rapport et rappelé la pertinence du projet. Elle a aussi demandé des études complémentaires. Elles doivent être menées en toute transparence", ajoute-t-il.

"Laissons les études s'achever: c'est une question de mois", poursuit-il. "Préparons d'abord soigneusement l'arrêté loi sur l'eau. Il faut garder son cap et avancer de façon pédagogique. Je ne peux promettre que tout le monde deviendra pro-aéroport. Mais je souhaite que tout se passe dans un esprit de sérénité."

Le projet d'aéroport international, initié depuis une quarantaine d'années pour remplacer l'actuelle aérogare nantaise, est soutenu par les majorités des différentes collectivités de Bretagne et des Pays de Loire.

Selon ses partisans, il permettrait de développer le trafic aérien et les échanges dans la région tout en éliminant le survol actuel de la métropole nantaise par des avions.

Ses opposants, qui ont rebaptisé le site retenu pour le projet "ZAD" comme zone à défendre, dénoncent de leur côté la destruction d'une zone bocagère préservée, qui comporte d'importantes zones humides, et jugent ce projet économiquement inutile.

La commission de dialogue, mise en place par le gouvernement à la suite des violents affrontements qui se sont produits à l'automne 2012 entre opposants et forces de l'ordre, a pointé début avril le manque d'études sur une possible optimisation de l'actuelle infrastructure et l'insuffisance des études d'impact sur le site.

Marine Pennetier, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rleonard le samedi 14 sept 2013 à 11:32

    en tant que maire de Nantes, il a porté le projet. j'aurais été surpris qu'il dise le contraire. cochon qui s'en dédit. Il n'y a que sur les promesses de ne plus imposer et taxer plus qu'il ose se contredire

  • finkbro1 le samedi 14 sept 2013 à 11:08

    il est confiant sur la création d un aéroport totalement inutile payé par le contribuable et contre l avis de l ensemble des résident de la région, vive l aut.i.s.me, vive notre gouvernement, vive la france