Ayrault aux Restos du coeur avant les Assises de la pauvreté

le
2
OUVERTURE DE LA 28E CAMPAGNE DES RESTOS DU COEUR
OUVERTURE DE LA 28E CAMPAGNE DES RESTOS DU COEUR

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a rendu visite lundi à un centre parisien des Restos du coeur en soutien à la 28e campagne de distribution annuelle de repas pendant la période hivernale qui a concerné l'an dernier quelque 870.000 personnes.

Le Premier ministre a fait de cette visite un prélude aux Assises de la lutte contre la grande pauvreté des 10 et 11 décembre prochains, qui devront selon lui déboucher sur "des solutions".

Le président François Hollande a fait de la lutte contre la précarité une priorité, un souhait qui se heurte à la crise, à la montée du chômage et à l'absence de marges budgétaires.

Jean-Marc Ayrault a par ailleurs plaidé pour le maintien de l'aide alimentaire européenne, qui représente un tiers des revenus des Restos du coeur, que certains pays de l'Union veulent remettre en question dans le cadre de la discussion budgétaire pour la période 2014-2020.

Créés en 1985 sous l'impulsion de feu l'humoriste Coluche, les Restos du coeur devraient, comme l'an dernier, permettre d'accueillir cet hiver quelque 870.000 personnes, à qui 63.000 bénévoles devraient distribuer au moins 115 millions de repas.

"Je tenais à venir saluer ce grand mouvement de solidarité parce que sans les bénévoles, rien ne serait possible", a déclaré Jean-Marc Ayrault à la presse en visitant un centre installé dans d'anciens locaux de tri postal dans le XVe arrondissement de Paris.

"Même avec des politiques publiques ambitieuses, nous avons besoin de l'engagement non seulement des professionnels mais aussi des bénévoles", a ajouté le Premier ministre, saluant le rôle "irremplaçable" du monde associatif.

Le gouvernement "entend écouter toutes les associations à l'occasion des Assises de lutte contre la grande pauvreté des 10 et 11 décembre prochains", a-t-il ajouté. "Nous avons commencé le dialogue mais je souhaite que nous puissions déboucher sur des solutions".

AIDE ALIMENTAIRE EUROPÉENNE

"Il y a trop de gens qui tombent après une situation de chômage, une séparation, des problèmes de santé", a fait remarquer le Premier ministre.

"La distribution de repas est l'occasion de rencontrer des personnes, de discuter avec elles de leur situation, des raisons pour lesquelles elles sont en difficulté et de voir comment on pourrait établir avec elles des parcours d'insertion, de réinsertion sociale (par) l'emploi, la santé, le logement, l'éducation..."

Des associations françaises comme les Restos du coeur, la Croix-Rouge, le Secours populaire et les banques alimentaires s'inquiètent de l'avenir du Plan d'aide alimentaire européen, qui fait débat dans le cadre de l'élaboration du budget 2014-2020.

Sept pays, dont l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, critiquent ce programme qui permet, selon ses défenseurs, "d'assurer depuis 25 ans les besoins vitaux alimentaires de plus de 18 millions de personnes en grande difficulté".

La France plaide pour la pérennisation du plan.

"Pour 2012-2013, nous avons réussi à maintenir les niveaux pour lesquels nous nous sommes battus", a rappelé lundi Jean-Marc Ayrault. "Pour 2014-2020, la France entend qu'un fond structurel soit officiellement établi, maintenant il va falloir se battre pour le montant".

Sur ce sujet, "la France est en pointe", a dit le Premier ministre, qui juge "indispensable que l'Europe ne soit pas seulement l'Europe de l'économie des marchés mais aussi l'Europe de la solidarité".

Le Premier ministre a délivré sur la question un message aux Allemands : "Soyons en pointe, ensemble, pour la solidarité".

Elizabeth Pineau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 26 nov 2012 à 15:05

    Les Restos ne sont plus ce qu'ils étaient il y a 30 ans. Comme Emmaus. Alors dehors.

  • M2280901 le lundi 26 nov 2012 à 14:39

    beaucoup d'immigrés viennent aux restos du coeur