Ayrault attend du plan compétitivité plus de 300.000 emplois

le
2
AYRAULT ESPÈRE LA CRÉATION DE PLUS DE 300.000 EMPLOIS AVEC LE PACTE DE COMPÉTITIVITÉ
AYRAULT ESPÈRE LA CRÉATION DE PLUS DE 300.000 EMPLOIS AVEC LE PACTE DE COMPÉTITIVITÉ

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a dit mardi espérer que le Pacte pour la compétitivité allait créer de 300.000 à 400.000 emplois et soutenir la croissance française à hauteur de 0,5 point d'ici la fin du quinquennat, en 2017.

Lors de deux entretiens, l'un au journal de 20 heures de TF1 et l'autre au quotidien Les Echos de mercredi, le Premier ministre a précisé les modalités d'application du plan dont il avait présenté les grandes lignes dans la matinée.

"Au total, ce dispositif, bien ciblé, entièrement financé, devrait permettre à horizon 2017 de soutenir l'activité à hauteur de 0,5 point de PIB et de créer plus de 300.000 emplois", déclare-t-il dans Les Echos.

Sur TF1, il a évoqué une fourchette "de 300.000 à 400.000" emplois.

Le gouvernement a annoncé 20 milliards d'euros de crédits d'impôt pour aider les entreprises françaises à redresser leur compétitivité, une mesure étalée sur plusieurs années, financée par une baisse des dépenses publiques et une hausse de la TVA.

Le chef du gouvernement a précisé sur TF1 que ce plan destiné à "redonner de la marge de man?uvre aux entreprises" engageait le gouvernement "sur l'ensemble du quinquennat".

Il en détaille le calendrier dans Les Echos.

"Cet effort de 10 milliards d'euros des Français se fera pour 2/3, à partir de 2014, à travers la modulation de la TVA, et pour 1/3, à partir de 2016, par une nouvelle fiscalité écologique", dit-il.

COMITÉ DE SUIVI

"Le groupe de travail sur la fiscalité écologique annoncé lors de la conférence environnementale conduira ses travaux dans la perspective d'un transfert d'au moins 3 milliards d'euros vers l'allégement du coût du travail, d'ici 2016", précise-t-il.

Interrogé sur le contrôle de l'utilisation du crédit d'impôt, le Premier ministre en appelle à la vigilance des comités d'entreprise.

"Nous demandons que, dans les comités d'entreprise, un état des lieux soit fait régulièrement pour que le chef d'entreprise rende compte de son utilisation du crédit d'impôt", dit-il dans Les Echos.

Dans les plus grandes entreprises, "nous souhaitons que les partenaires sociaux se mettent d'accord et qu'il y ait des représentants des salariés dans le conseil d'administration avec droit de vote", ajoute Jean-Marc Ayrault, suggérant que des entreprises de moins de 5.000 salariés pourraient être concernées.

Au niveau national "un comité de suivi associant les partenaires sociaux" sera mis en place "pour évaluer l'impact du dispositif et sa mise en oeuvre".

Jean-Marc Ayrault réplique également à ceux qui dénoncent le "revirement" de l'exécutif, alors que lui-même et le président François Hollande s'étaient engagés à ne pas recourir à une hausse de la TVA.

"Il faut un peu de courage", a-t-il dit sur TF1. "La situation est particulièrement grave et je la regarde en face".

Dans Les Echos, il repousse toute idée de "tournant".

"Il n'y a pas de tournant. C'est la suite logique des choses", dit-il. "Ce que nous engageons est historique, courageux, sans précédent."

Elizabeth Pineau, avec Chine Labbé, édité par Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le mardi 6 nov 2012 à 23:02

    C'est ça, monsieur co.nnard, compte là-dessus !

  • nono67 le mardi 6 nov 2012 à 22:08

    j'annonce, je prevois, j'espere, j'attends .... et ben on est pas rendu !!!

Partenaires Taux