Ayrault assume les hausses d'impôts

le
0
Aux journées parlementaires du PS, le premier ministre a essayé de s'extirper du bourbier fiscal et a renoué avec l'antisarkozysme.

Apparemment il y avait un doute. Alors Jean-Marc Ayrault a essayé de le lever. Au terme des journées parlementaires du PS à Bordeaux, marquées par un début de fronde des députés contre la politique du gouvernement, le premier ministre s'est livré à un rappel à l'ordre musclé de ses troupes. «Oui, j'assume d'avoir été obligé d'augmenter les impôts», a-t-il lancé, alors qu'une centaine de députés lui réclament, par voie de pétition, de prendre des mesures pour augmenter le pouvoir d'achat des catégories populaires. «Je vous le dis parce que parfois certains doutent, notre politique, il faut l'assumer, il faut la revendiquer», a martelé Jean-Marc Ayrault devant des rangs clairsemés et dans un silence de plomb. «Redresser les comptes publics, ça ne fait rêver personne, mais le faire sous la pression des marchés financiers, cela aurait...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant