Ayrault «assume d'avoir été obligé d'augmenter les impôts»

le
12
Ayrault «assume d'avoir été obligé d'augmenter les impôts»
Ayrault «assume d'avoir été obligé d'augmenter les impôts»

Alors qu'un nombre croissant de parlementaires s'inquiètent du ras-le-bol fiscal des Français, et réclament plus de gestes pour le pouvoir d'achat, le Premier ministre ne renie pas sa politique. Au contraire. «J'assume d'avoir été obligé d'augmenter les impôts», leur a-t-il lancé, à Bordeaux, lors des journées parlementaires du PS.

«N'allons pas sur le terrain de la droite et de l'extrême droite. La question, c'est à quoi sert l'impôt. Nous revendiquons que l'impôt, c'est pour financer des priorités», a déclaré Jean-Marc Ayrault à la tribune devant les députés, sénateurs et eurodéputés socialistes. «Nous avons une politique, il faut la revendiquer».

Ayrault appelle à la mobilisation contre le FN

Le chef du gouvernement a aussi assuré: «Notre politique ne se divise pas, elle est toute entière au service des Français et du progrès. Il n'y a pas deux politiques au gouvernement, un zeste de politique de gauche et le reste qui serait une politique classique et libérale, mais de la cohérence.»

Prévenant, comme lors de l'université d'été du PS à La Rochelle, qu'il n'y avait «rien a attendre des ambitions personnelles et des jeux d'ego», Jean-Marc Ayrault a appelé les élus socialistes à se mobiliser contre la montée du FN davantage dans l'action que dans la seule «dénonciation».

"Nous avons besoin de l'impôt pour faire fonctionner le service public" @jeanmarcayrault #jpps? Députés socialistes (@socialistesAN) September 24, 2013

"Nous avons besoin de l'impôt pour assurer la gratuité de l'école et des soins pour tous" @jeanmarcayrault #jpps? Députés socialistes (@socialistesAN) September 24, 2013

Le Premier ministre a aussi livré une violente charge contre l'Europe telle qu'elle se construit actuellement. «L'Europe ne peut pas continuer comme ça, accepter que la concurrence soit la seule boussole», a fustigé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 24 sept 2013 à 19:11

    Bon, il a augmenté les impôts, Zéro, parce qu'il faut bien nourrir les seuls électeurs qui restent au PS : délinquants, SDF, illettrés, assistés et inutiles de tout poil ... :-D Qu'il "assume" n'a aucun sens, comme la "justice sociale", la "jeunesse" et en général le vocabulaire PS dans son ensemble.

  • knbskin le mardi 24 sept 2013 à 19:09

    Tiens, il y a un grand démocrate qui a fait sauter un de mes posts : je commence à avoir l'habitude ... :)

  • M9035148 le mardi 24 sept 2013 à 18:31

    Double zéro , ne veut rien assumer... virez le

  • M3493130 le mardi 24 sept 2013 à 18:22

    On ne t'a obligé à rien Monsieur. Pas d'excuses, vous ne savez pas conduire une politique positive. Mieux vaudrait retourner faire classe où vous seriez chahuté sans doute pour votre manque de charisme. Ouf! c'est dit.

  • M2280901 le mardi 24 sept 2013 à 17:34

    38 ministres et délégués incompétents , plus de 1000 employés à l'Elysée , 577 députés , 348 sénateurs et deux millions de fonctionnaires en trop , c'est là qu'il faut réduire les dépenses tout en baissant sensiblement les impôts

  • M7403983 le mardi 24 sept 2013 à 17:19

    C'est cela, avec sa pôôvre rémunération ... il assume !! on va sortir les oignons et tous ensemble, nous pleurerons mes frères !! A mourir de rire !! Il devrait mettre un casque (mais en permanence) comme la Duflot lorsqu'elle visite quelques logements sociaux en cours de construction !!

  • frk987 le mardi 24 sept 2013 à 17:15

    Plus facile d'augmenter les impôts que de virer les fonctionnaires inutiles ????????

  • gjack le mardi 24 sept 2013 à 17:11

    il nous dit : je suis nul, j'ai pas d'idée mais je reste

  • d.gui44 le mardi 24 sept 2013 à 15:59

    et les économies tu connait???

  • j.delan le mardi 24 sept 2013 à 15:04

    "La gratuité des soins pour tous" : il dit n'importe quoi car il sait (ou devrait ) que les soins ne sont gratuits que pour les BENEFICIAIRES de la CMU pour laquelle l'Afrique assiège notre pays. Mais ce Monieur a-t-il entendu parler, et compri, ce que signifie ECONOMIES : La voix de son maître mais un peu faussée.