Ayrault annonce un plan de 3 milliards d'euros pour Marseille

le
7
PLAN D?URGENCE DE TROIS MILLIARDS D?EUROS POUR MARSEILLE
PLAN D?URGENCE DE TROIS MILLIARDS D?EUROS POUR MARSEILLE

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a dévoilé vendredi une série de mesures d'urgence d'un montant de près de trois milliards d'euros pour les transports à Marseille afin de dynamiser l'économie d'une ville confrontée au chômage et à une violence endémique.

Une enveloppe de 2,5 milliards d'euros sera consacrée d'ici à 2030 au vaste chantier de rénovation de la gare Saint-Charles, un projet de station souterraine qui vient en complément de la prolongation du métro marseillais vers les quartiers nord, a précisé le Premier ministre dans la deuxième ville de France.

"Cette gare souterraine permettra de faire voyager 20 millions de passagers par an, soit deux tiers de plus qu'aujourd'hui", a-t-il déclaré dans un discours.

Le doublement de la ligne ferroviaire entre Aix-en-Provence et Marseille, estimé à 172 millions d'euros, déjà promis par le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2002), sera réalisé.

"Nous devons réconcilier la ville mais pour cela nous avons besoin d'un énorme effort sur les transports", a-t-il dit lors de son discours à Marseille. "Relier les quartiers, c'est désenclaver les territoires, c'est rendre la ville accessible à tous, c'est élargir l'horizon des habitants".

Aux trois milliards d'euros d'investissements dans les transports s'ajoutent le milliard et demi d'euros du Plan d'investissements d'avenir, les opérations du prochain programme de rénovation urbaine, et 37 millions d'euros du plan d'urgence.

Le chef du gouvernement a ajouté que 6,7 millions d'euros supplémentaires seraient alloués à la construction universitaire sur le site de la nouvelle métropole Aix-Marseille-Provence, structure qui bénéficiera d'une enveloppe de 50 millions d'euros à partir de 2016, année de sa création.

Cinquante fonctionnaires de police et 30 adjoints de sécurité seront affectés à Marseille en 2014, a ajouté Jean-Marc Ayrault. Ces renforts s'ajoutent aux 487 policiers supplémentaires affectés en 2012 et 2013 à une ville en proie à de gros problèmes d'insécurité.

LA MÉTROPOLE MIEUX ACCUEILLIE

Le Premier ministre a estimé que la lutte contre la délinquance commençait à porter ses fruits avec une baisse de la violence enregistrée depuis le début de l'année.

Il a fait état de 2.000 vols avec violence de moins en 2013 par rapport à 2012, de 500 cambriolages de moins et de trois fois moins d'homicides ou tentatives d'homicides.

Le chef du gouvernement s'est voulu rassurant sur la future métropole souvent décriée, y compris dans sa propre majorité.

"Marseille a gagné l'aide de l'Etat qui n'était pas venu depuis trente ans dans cette ville", a dit Samia Ghali, sénatrice socialiste des quartiers nord et candidate malheureuse à la primaire du PS pour la mairie de Marseille.

L'Union des maires, qui regroupe 109 des 119 maires qui ont bataillé ferme contre l'adoption de la loi actant la création de la métropole, craignant notamment de devoir payer pour la ville de Marseille, évoque pour sa part des "annonces qui vont dans le bon sens" tout en réclamant des garanties.

"On ne peut pas nier un changement de discours du gouvernement. Ce qui a été dit est porteur d'un changement d'attitude", a déclaré le maire sans étiquette de Mimet et porte-parole de l'Union des maires, Georges Cristiani.

Dans son discours, Jean-Marc Ayrault a confirmé que "rien ne se fera sans les maires" et annoncé la création d'un conseil territorial de projet composé de manière paritaire entre les maires et les représentants de l'Etat.

"Nous voulons maintenant des actes législatifs qui confortent les communes au coeur du dispositif de la métropole", a ajouté Georges Cristiani.

Le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, n'a pour sa part vu que des promesses à long terme.

"Le Premier ministre annonce des sommes considérables, mais tout cela c'est à très long terme. C'est beaucoup d'argent mais le temps passera sur ces annonces avant que l'on ne coupe le ruban", a -t-il expliqué. "Après, il y a un saupoudrage sur un certain nombre de choses qui sont toujours bonnes à prendre."

Celui qui dirige la ville depuis 1995 a également estimé que le Premier ministre était "venu faire la campagne électorale du candidat socialiste, Patrick Mennucci.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 8 nov 2013 à 15:42

    Y a des sous pour faire gagner les copains.

  • M1693744 le vendredi 8 nov 2013 à 11:40

    et allez on continue à distribuer de l'argent que l'on a pas... un particulier agissant comme cela, serait déjà en prison et interdit bancaire à vie.cela devient ridicule, la gauche veut reprendre la mairie de Marseille. allez tout va bien,bientôt les cas sociaux vont touchés la prime de noël.

  • M8022166 le vendredi 8 nov 2013 à 11:32

    On est bien en 2013 ou en 1991 ???Rénover la gare St Charles ? Mais ils viennent de la finir ! La ligne Aix-Marseille c'est fait depuis quelques années. Le métro VERS les quartiers Nord ? Pour info les 2 lignes de métro (qui passent par la gare St Charles y vont déjà).

  • ppetitj le vendredi 8 nov 2013 à 11:23

    Ou comment acheter les voix de Samia...

  • M7361806 le vendredi 8 nov 2013 à 11:15

    Subvention aux coquains et autres magouilleurs , les con-tribuables vont encore etre augmentés, vive HOLLANDE!

  • duine le vendredi 8 nov 2013 à 11:04

    purée mais ou est ce qu'il trouve les sous le jean marc zéro???

  • a.jenty le vendredi 8 nov 2013 à 11:04

    Des crédits, encore des crédits mais pas d'économies sauf le fait de dire : on diminue le déficit car au lieu de moins 3% on passe à mois 2,98% . C'est se ficher de nous!