Aymeric Caron protégé par la police : burn-out chez les flics de la protection rapprochée

le
2
Aymeric Caron.
Aymeric Caron.

Ce n'est pas le moment le mieux choisi. Les syndicats Alliance et Unité montent au créneau contre la charge de travail imposée à leurs collègues du Service de la protection (SDLP, ex-SPHP) au lendemain de l'annonce par le ministère de l'Intérieur de placer Aymeric Caron, le chroniqueur télé, sous protection policière. De fait, on est loin de la mission de complaisance. Menaces de mort, divulgation de son adresse et de celle de ses parents sur Internet par Ulcan, un activiste raciste pro-israélien : la décision de la Place Beauvau est légitime. Elle n'est pas liée - comme de mauvaises langues le prétendent - à la présence de la petite amie d'Aymeric Caron au cabinet de Bernard Cazeneuve. Elle est adjointe administrative, une fonction précieuse au sein de la police, mais sans influence sur les décisions ministérielles.

Malgré tout, l'accroissement exponentiel des missions - de complaisance notamment - est une réalité. La situation est jugée "catastrophique" par Jean-Claude Delage, le secrétaire général d'Alliance, dans un courrier adressé au directeur général de la police (DGPN). Parmi ces missions, le syndicaliste cite le cas de Cindy Léoni, l'ex-présidente de SOS Racisme. Elle avait bénéficié d'une protection policière durant l'affaire Dieudonné et bien au-delà. Selon nos informations, grâce à la mansuétude de Manuel Valls alors ministre de l'Intérieur.

"On marche sur la tête !"

"Les personnels sont au bord du burn-out...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mercredi 17 sept 2014 à 16:45

    Si les policiers chargés de protéger A Cayron doivent entendre tout le temps ce qu'il dit, c'est sûr que le burn-out ne sera pas loin.

  • M8614773 le mercredi 17 sept 2014 à 13:35

    ca change d'entendre un autre son de cloche,la presse fustige toujours les palestiniens a croire que les extremistes existent des deux cotés.pour une fois qu'un journaliste fait bien son travail,il est menacé de mort,je comprend mieux pourquoi tous les autres journalistes enfoncent la palestine !