Aymen Abdennour, reloaded ?.

le
0
Aymen Abdennour, reloaded ?.
Aymen Abdennour, reloaded ?.

En difficulté depuis qu'il a signé à Monaco en janvier 2014, Aymen Abdennour va retrouver le Stadium de Toulouse ce vendredi. Une enceinte où il a brillé pendant deux ans et demi. Et où il va entreprendre son retour en grâce ?Quand Aymen Abdennour est prêté avec option d'achat obligatoire par le TFC à l'AS Monaco, en cette fin de mercato d'hiver 2014, tout le monde s'accorde à dire que le club du Rocher a frappé un grand coup. Sauf que le Roc tunisien est fissuré, même si à l'époque, il se veut rassurant : " Ma blessure n'est pas grave mais il faut bien la soigner. C'est un petit décollement du quadriceps. Il faut compter deux, trois semaines. " Deux mois plus tard, le défenseur étrenne sa nouvelle tunique lors d'une défaite à Évian (0-1). S'il sort de deux grosses saisons et demie à Toulouse, ce qui lui a valu l'intérêt de quelques poids lourds européens comme Arsenal, Abdennour va expérimenter la frustration : seulement cinq matchs de plus en Ligue 1, avec en seule consolation une série sans défaite et un gros match contre Guingamp (1-1). Facile d'imaginer que cette période d'adaptation passée, une préparation complète dans les jambes, Abdennour va tout casser dès le mois d'août... C'est sans compter sur les deux défaites initiales de l'AS Monaco - contre Lorient et à Bordeaux - et le choix de Leonardo Jardim de le sacrifier au profit d'un duo Carvalho-Raggi dans l'axe. Une poisse n'arrivant jamais seule, le Tunisien est victime d'une élongation début septembre, alors qu'il est en stage avec sa sélection. Difficile de comprendre comment le joueur de 25 ans - fort d'un CV fourni entre une quarantaine de sélections, un quart de finale en CAN 2012, une victoire à la CHAN 2011 (la Coupe d'Afrique réservée aux joueurs évoluant sur le continent) ou encore une Ligue des champions africaine 2007 - a pu perdre son football entre la Haute-Garonne et le Rocher.
" Il se met trop de pression. " Gernot Rohr
" C'est un perfectionniste, parfois il se met trop de pression. Il veut être le meilleur, mais il doit développer un peu plus de sang-froid. Mais d'ici un an, il sera au top niveau ", estime Gernot Rohr. L'ancien entraîneur de Bordeaux a côtoyé Abdennour une saison, à l'Étoile sportive du Sahel, " un club bien structuré avec un bon centre de formation ". Le technicien franco-allemand se souvient : " Il a été formé là-bas, je l'ai vu avec les jeunes et je l'ai fait s'entraîner avec les professionnels à partir de novembre. " À Sousse, Abdennour est suffisamment au-dessus du lot pour s'imposer, mais Rohr se souvient d'une première expérience européenne compliquée : " Klaus Allofs m'avait appelé pour...

Quand Aymen Abdennour est prêté avec option d'achat obligatoire par le TFC à l'AS Monaco, en cette fin de mercato d'hiver 2014, tout le monde s'accorde à dire que le club du Rocher a frappé un grand coup. Sauf que le Roc tunisien est fissuré, même si à l'époque, il se veut rassurant : " Ma blessure n'est pas grave mais il faut bien la soigner. C'est un petit décollement du quadriceps. Il faut compter deux, trois semaines. " Deux mois plus tard, le défenseur étrenne sa nouvelle tunique lors d'une défaite à Évian (0-1). S'il sort de deux grosses saisons et demie à Toulouse, ce qui lui a valu l'intérêt de quelques poids lourds européens comme Arsenal, Abdennour va expérimenter la frustration : seulement cinq matchs de plus en Ligue 1, avec en seule consolation une série sans défaite et un gros match contre Guingamp (1-1). Facile d'imaginer que cette période d'adaptation passée, une préparation complète dans les jambes, Abdennour va tout casser dès le mois d'août... C'est sans compter sur les deux défaites initiales de l'AS Monaco - contre Lorient et à Bordeaux - et le choix de Leonardo Jardim de le sacrifier au profit d'un duo Carvalho-Raggi dans l'axe. Une poisse n'arrivant jamais seule, le Tunisien est victime d'une élongation début septembre, alors qu'il est en stage avec sa sélection. Difficile de comprendre comment le joueur de 25 ans - fort d'un CV fourni entre une quarantaine de sélections, un quart de finale en CAN 2012, une victoire à la CHAN 2011 (la Coupe d'Afrique réservée aux joueurs évoluant sur le continent) ou encore une Ligue des champions africaine 2007 - a pu perdre son football entre la Haute-Garonne et le Rocher.
" Il se met trop de pression. " Gernot Rohr
" C'est un perfectionniste, parfois il se met trop de pression. Il veut être le meilleur, mais il doit développer un peu plus de sang-froid. Mais d'ici un an, il sera au top niveau ", estime Gernot Rohr. L'ancien entraîneur de Bordeaux a côtoyé Abdennour une saison, à l'Étoile sportive du Sahel, " un club bien structuré avec un bon centre de formation ". Le technicien franco-allemand se souvient : " Il a été formé là-bas, je l'ai vu avec les jeunes et je l'ai fait s'entraîner avec les professionnels à partir de novembre. " À Sousse, Abdennour est suffisamment au-dessus du lot pour s'imposer, mais Rohr se souvient d'une première expérience européenne compliquée : " Klaus Allofs m'avait appelé pour...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant