AXA IM : Russie: quo vadis ?

le
0

L'énergie n'est pas une panacée


L'objet de cette note est d'étudier de près les faiblesses structurelles de la Russie et l'évolution probable de son économie.

Le récent bras de fer avec l'Ukraine a placé la Russie sous le feu des projecteurs et exposé ses faiblesses structurelles, notamment la piètre qualité de ses institutions, son extrême dépendance vis-à-vis du prix des matières premières et l'appréciation de son taux de change réel. Manolis Davradakis estime qu'avec un tel modèle de croissance la Russie risque d'être dépassée par les autres BRIC. L'implémentation de réformes structurelles devraient être bénéfique. Mais leur mise en œuvre au coup par coup, au gré des conditions de marché et du degré de résistance des groupes détenteurs de rente, pourrait compromettre leur effet.


Points clés

L'impasse récente entre l'Ukraine et la Russie a placé cette dernière sous le feu des projecteurs et a fait apparaître ses faiblesses structurelles.

La faible qualité des institutions, la dépendance excessive vis-à-vis du prix du pétrole et l'appréciation du taux de change réel indiquent que le pays souffre des symptômes de la malédiction des ressources naturelles, à savoir que les pays richement dotés en ressources naturelles affichent une croissance économique faible.

D'un côté, si la Russie continue son rattrapage des économies développées avec le modèle de croissance actuel, elle sera dépassée par les autres BRIC (Figure 1).

De l'autre, si elle mettait en œuvre des réformes structurelles, l'effet positif sur son développement économique serait impressionnant. Même les réformes portant sur la règlementation des marchés de biens, supposée avoir l'impact le plus faible sur le PIB, pourrait suffire pour que la Russie dépasse le Brésil en terme de développement économique d'ici à 2030.

Nous anticipons toutefois que les réformes seront mises en application par à-coups, au gré des conditions de marchés et du degré de résistance des groupes détenteurs de rente. Ceci laisse planer un doute sur l'élan des réformes et sur leur impact sur le développement économique.


Par Manolis Davradakis, Ecoministe émergent Senior - AXA Investment Managers

Télécharger notre Investment Research : Russie : quo vadis ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant