AXA IM : Choc énergétique au Japon : dommages et opportunités

le
0

Le choc énergétique post-Fukushima a généré un déséquilibre persistant de la balance commerciale nippone : la réouverture de toutes les centrales nucléaires disponibles pourrait faire baisser les importations de 3,5%. Michael Bret soutient que l'industrie japonaise n'est pas encore en mesure de tirer parti de cette opportunité pour devenir un leader mondial des énergies renouvelables, en raison de l'absence de politique énergétique globale. Dans le court terme, les entreprises offrant des solutions d'efficacité énergétique devraient en tirer parti.


Points Clés

La fermeture des centrales nucléaires, combiné avec un pétrole cher, un affaiblissement du yen et des contrats d'importations de gaz indexés sur le pétrole, ont considérablement creusé le déficit commercial du Japon.

Si tous les réacteurs nucléaires en état de fonctionner étaient réactivés à plein temps, les importations d'énergies fossiles chuteraient de 250 Mds ¥, réduisant les importations d'environ 3,5%.

Les énergies renouvelables pourraient en tirer parti, mais des barrières importantes subsistent, dont le manque de main-d'œuvre adéquatement qualifiée. Les politiques énergétiques ne traitent pas encore de ce problème

La réforme majeure du marché de l'électricité qui devrait résulter de la réforme structurelle du Premier ministre Abe est bienvenue. Elle devrait ouvrir des opportunités et bénéficier aux consommateurs, mais pas avant 2020.

Les meilleures opportunités de court terme résident dans les entreprises qui fournissent des solutions d'efficacité énergétique.


Télécharger notre Investment Research : Choc énergétique au Japon : dommages et opportunités


Par Michael Bret, Directeur de la Recherche Thématique - AXA Investment Managers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant