Axa affiche un CA sur neuf mois en légère hausse

le
0
LE CA D'AXA SUR NEUF MOIS PROGRESSE DE 1,3%
LE CA D'AXA SUR NEUF MOIS PROGRESSE DE 1,3%

PARIS (Reuters) - Axa a annoncé jeudi des revenus en légère progression de 1,3% pour les neuf premiers de l'année, soutenu par l'assurance dommages dans les pays émergents, venant ainsi compenser une certaine stagnation de l'activité en Europe confrontée au ralentissement économique.

Le groupe d'assurance indique avoir dégagé un chiffre d'affaires de 68,36 milliards d'euros depuis le début de l'année.

Ses revenus ont progressé de 3,6% dans l'assurance dommages et sont restés stables dans ses activités d'assurance vie, d'épargne et de retraite. Ils ont en revanche reculé de 5,7% dans la gestion d'actifs.

"Le chiffre d'affaires de l'activité dommages a fortement augmenté dans les marchés à forte croissance, avec de solides performances en Turquie, au Mexique et dans les pays du Golfe", souligne Axa dans un communiqué.

Dans l'assurance vie, l'épargne et la retraite, le volume des affaires nouvelles accuse des replis marqués en Europe, en baisse de 25% en Espagne, de 35% dans les pays d'Europe centrale et de l'Est et de 10% en Grande-Bretagne.

La hausse des volumes de nouvelles affaires aux Etats-Unis et en Asie a néanmoins permis à Axa d'afficher un niveau stable d'affaires nouvelles sur les neuf premiers mois de l'année.

Dans ce contexte de marasme économique en Europe, le groupe d'assurance, qui n'a pas donné de prévisions pour le reste de l'année, se dit confiant pour atteindre ses objectifs financiers à horizon 2015.

"On reste tout à fait positif sur (le plan) Ambition Axa", a fait savoir Gérald Harlin, le directeur financier de la compagnie d'assurance, lors d'une conférence téléphonique.

Interrogé sur la cession de la filiale de capital investissement, Axa Private Equity, il a indiqué que les discussions se poursuivaient, précisant néanmoins que le projet de loi de finances pour 2013, qui prévoit de durcir la fiscalité sur les investissements dans le private equity, devait être pris en considération dans les négociations.

"Le processus se poursuit normalement", a déclaré Gérald Harlin.

"Bien sûr, la loi de finances est un paramètre supplémentaire, on en tient compte", a-t-il ajouté.

Le groupe avait indiqué en mai dernier souhaiter une cession de sa filiale avant la fin de l'année.

Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant