Awox, le nain montpelliérain connecté aux géants mondiaux du net

le
0
Awox, le nain montpelliérain connecté aux géants mondiaux du net
Awox, le nain montpelliérain connecté aux géants mondiaux du net

Internet partout, dans tous les objets d'une maison intelligente, de la chaine hifi à la télé en passant par les ampoules. C'est sur la base de cette idée qu'Awox, une PME montpelliéraine, s'est connectée aux géants mondiaux de l'informatique.Awox (7 millions de CA et 42 salariés) a séduit les investisseurs en avril. La demande de souscription lors de son introduction en bourse, sur le compartiment C d'Euronext, a été 5,7 fois supérieure à l'offre, ce qui lui a permis de lever près de 25 millions d'euros, dont 21 millions pour une augmentation du capital, dont la majorité reste détenu par les deux créateurs, Alain Molinie et Éric Lavigne, à travers une holding, Veom. L'aventure a commencé fin 2001. "On a anticipé l'idée qu'internet irait un jour se nicher partout, dans tout ce qui peut être électrique", explique à l'AFP, le PDG, M. Molinie.Pour commencer, Awox, est vite parvenu à montrer son savoir faire quand il s'est agi de travailler sur le langage commun que devaient adopter les appareils pour communiquer entre eux. Cette langue commune, c'est le standard DLNA (digital Living Network alliance), créé à l'instigation d'Intel à Portland (Oregon). Mais Awox a pris une part prépondérante à ce langage. Et la start-up est aujourd'hui responsable du comité de certification mondiale du standard qui concerne quelque deux milliards d'appareils.Autre preuve de son poids, Awox qui revendique la place de numéro un mondial comme vendeur de licences de ce standard - plus de 52 millions de licences vendues - est membre à vie du conseil d'administration DLNA. Au même titre que les mastodontes Intel, Microsoft, Samsung, Nokia, Broadcom, Sony, Technicolor.La réussite de M. Molinie, 48 ans n'est pas une première. En 1994, après des études à Centrale à Marseille et à Columbia à New York, ce montpelliérain avait créé, déjà, avec M. Lavigne, Smartcode. Son pari de l'époque: installer internet dans les téléphones portables. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant