Avions de ligne et missiles : les zones de survols à éviter

le
0
Eurocontrol refusait les plans de vol survolant le Sinaï (photo).
Eurocontrol refusait les plans de vol survolant le Sinaï (photo).

Quels sont les cieux dans le monde qui ne sont pas fréquentables ? Les autorités nationales et internationales de l'aviation civile en référencent plusieurs au Moyen-Orient, mais il en existe d'autres. Les zones de survol interdites sont essentiellement l'Ukraine, après la destruction du Boeing 777 du vol MH17 de Malaysia Airlines, la Syrie, l'Irak, la Libye et le Yémen. Ce sont des régions de conflit ouvert où des missiles sophistiqués à longue portée peuvent être tirés du sol ou d'avions de chasse par les forces en présence. Les confusions sont possibles. Après l'accident samedi de l'A321 russe, Air France, Lufthansa et Emirates ont annoncé que leurs avions ne contourneraient plus le Sinaï. Et pour cause, Eurocontrol à Bruxelles, qui centralise les plans de vol, avait pris auparavant la décision de refuser les routes qui traverseraient cet espace égyptien.

Survols à 7 300 mètres

Des survols sont possibles, uniquement à haute altitude d'environ 7 300 mètres (niveau 240) au-dessus de l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, le Soudan et la Somalie. Récemment s'est posé le problème des tirs depuis les bateaux de guerre russes en mer Caspienne à destination de la Syrie et de l'Irak. Ces missiles de croisière survolent le nord de l'Iran au ras du sol, entre 5 et 15 mètres, et ne présentent pas de risque pour les routes aériennes qui, de Turquie, conduisent en Asie du Sud-Est. Le niveau 240 minimum requis permet surtout aux avions de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant