Avion, train, bateau: les compagnies face au défi de l'obésité

le
0
Une carence juridique entoure l'embarquement des passagers souffrant d'un excès de corpulence. Souvent contraints de traiter les dossiers au cas par cas, les transporteurs, en Europe et ailleurs, ont parfois du mal à éviter le clash.

Après plus d'un mois de calvaire, Kévin Chesnais s'apprête enfin à rentrer chez lui. Refusé tour à tour à bord d'un avion British Airways, du Queen Mary 2 et de l'Eurostar hier, ce Français, soigné cet été aux États-Unis, a pu regagner Londres dans un premier temps, puis Calais aujourd'hui. Pointées du doigt, les compagnies se sont justifiées, invoquant, à chaque fois, des «questions de sécurité». Explications.

o Dans l'aérien, à chaque compagnie son règlement

Le 20 novembre 2008, la Cour suprême canadienne tranchait. À compter de l'année suivante, les compagnies nationales Air Canada, Air Canada Jazz et WestJet devaient mettre en oeuvre, sur tous leurs vols intérieurs, une politique d'équité ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant