Avion-Erdogan veut éviter l'escalade, Poutine ne décolère pas

le
0
    ISTANBUL/MOSCOU, 25 novembre (Reuters) - Ankara souhaite 
éviter l'escalade des tensions au lendemain d'un incident entre 
les armées russe et turques, a déclaré mercredi le président 
Recep Tayyip Erdogan, tandis que son homologue russe Vladimir 
Poutine durcit le ton face à la Turquie. 
    S'exprimant lors d'une conférence consacrée aux entreprises, 
le chef de l'Etat turc a redit que l'appareil russe avait été 
abattu alors qu'il se trouvait dans l'espace aérien turc et 
qu'il s'est ensuite écrasé sur le territoire syrien, même si 
certaines parties de l'avion ont été projetées en Turquie, 
blessant deux civils. 
    "Nous n'avons pas l'intention de provoquer une escalade 
après cet incident. Nous avons seulement défendu notre propre 
sécurité et les droits de nos frères", a-t-il dit, prévenant que 
l'attitude de la Turquie vis-à-vis de la Syrie ne changerait 
pas. 
    A Moscou, le président russe Vladimir Poutine a accusé les 
dirigeants turcs d'avoir encouragé l'islamisation de leur 
société, un processus qui pose selon lui un certain nombre de 
problèmes. 
    "Le problème, ce n'est pas la tragédie à laquelle nous avons 
assistée hier", a-t-il déclaré, cité par l'agence Tass. 
    "Le problème est situé bien plus en profondeur. Ce que nous 
observons depuis un certain nombre d'années, c'est un régime 
turc qui mène une politique délibérée de soutien à 
l'islamisation de son pays", a-t-il dit. 
    Selon Interfax, le président russe a en outre annoncé que 
des systèmes de défense antimissile S-300 seraient envoyés sur 
la base aérienne occupée en Syrie par l'armée russe. 
    Son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a de son côté 
évoqué l'envoi de systèmes avancés S-400 sur la base aérienne 
située à Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, sur la côte 
méditerranéenne. 
 
 (Humeyra Pamuk à Istanbul et Maria Kiselyova,; Nicolas Delame 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant