Avion disparu : le précédent du Rio-Paris

le
0
L'ombre d'un appareil de la marine indonésienne à la rechreche de débris du vol MH370.
L'ombre d'un appareil de la marine indonésienne à la rechreche de débris du vol MH370.

Le golfe de Thaïlande, entre la Malaisie et le Vietnam, est la zone où se concentrent les recherches pour retrouver le Boeing 777-200 de Malaysia Airlines, ou ce qu'il en reste. Le 1er juin 2009, une situation offrant quelques points communs avec celle-ci s'était présentée lors de la disparition de l'A330 d'Air France assurant le Rio-Paris. Lors de la traversée maritime vers l'Afrique, l'appareil n'apparaissait pas logiquement sur les écrans radar brésiliens faute d'être à portée des antennes. C'est l'absence de contact radio avec le centre de contrôle de Dakar qui avait été la première alerte, d'ailleurs tardivement répercutée. Les recherches de l'AF447 ont été lancées vers une dernière position assez précise donnée par les messages ACARS. Ces données transmises automatiquement par satellite, au moins toutes les dix minutes, contiennent la position géographique de l'avion. Malgré la mise en oeuvre d'appareils spécialisés pour les recherches comme les Breguet Atlantique de la marine nationale, six jours se sont écoulés avant que les vrais débris ne soient retrouvés. À plusieurs reprises, de fausses alertes signalaient un fauteuil en bois, une palette, etc., un peu tout ce qui flotte sur l'océan, faisant naître pour les familles de faux espoirs.Secret défense On sait que la dernière position connue du Boeing du vol MH370 n'est pas validée de manière certaine et précise par un relevé radar. Les systèmes différents utilisés...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant