Avertisseurs de radars : tout change et rien ne change

le
0
L'automobiliste pourra toujours compter sur ces boîtiers pour être avertis de la présence de radars, fixes et mobiles. Le cafouillage d'avant l'été sur la sécurité routière se termine dans l'hypocrisie générale.

Boîtier Wikango . Les communautés d'utilisateurs d'avertisseurs radars réunissent près de deux millions de membres en France.
Boîtier Wikango . Les communautés d'utilisateurs d'avertisseurs radars réunissent près de deux millions de membres en France.

«Là où il y a des zones à risques, il y aura des assistants d'aide à la conduite». Fabien Pierlot, le président fondateur de Coyote, le numéro 1 des avertisseurs de radars, ne se prive pas, un rien taquin, de montrer qu'il a bien appris à maîtriser la «novlangue» des technocrates de la sécurité routière.

Automobilistes, Le Figaro vous traduit ce morceau de langue de bois : oui, les avertisseurs de radars pourront continuer à signaler les cinémomètres, que ceux-ci soient fixes ou mobiles. L'interdiction de ces engins prononcée par le Comité interministériel sur la sécurité routière du 11 mai 2011 a été fort astucieusement contournée par un artifice de langage. Les radars fixes deviennent des «zones dangereuses» et les mobiles, qui continueront à être signalés en temps réels par les communautés d'utilisateurs de c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant