Aventure, classique japonais, film d'animation... tous les goûts sont au cinéma

le
0
Aventure, classique japonais, film d'animation... tous les goûts sont au cinéma
Aventure, classique japonais, film d'animation... tous les goûts sont au cinéma

Chaque mercredi, dans La Matinale, la rédaction du « Monde » vous propose sa sélection cinéma.

Un bon gros film d’aventures (Au cœur de l’océan, de Ron Howard), un chef-d’œuvre japonais inédit de 1964 (Une femme dans la tourmente, de Mikio Naruse), une fantaisie musicale bien de son époque (Comment c’est loin, d’OrelSan) : cette semaine, il y en aura pour tous les goûts, et toutes les humeurs. AUX SOURCES DE MOBY DICK : « Au cœur de l’océan », de Ron Howard

Film d’aventures, Au cœur de l’océan est aussi l’histoire d’une histoire, et pas n’importe laquelle. Le scénario de Charles Leavitt a recours à un procédé bien connu : un enquêteur fait parler un témoin, et leur conversation fait bientôt place à la traduction cinématographique des souvenirs de l’interviewé. Ici, l’interrogateur s’appelle Herman Melville (Ben Whishaw). Il est venu à Nantucket recueillir les souvenirs de Tom Nickerson (Brendan Gleeson), dernier survivant du naufrage de l’Essex. Trente ans plus tôt, en 1820, ce baleinier d’un port de la Nouvelle-Angleterre a fait naufrage au milieu du Pacifique, éperonné par un cachalot d’une taille hors du commun. Ron Howard met un enthousiasme remarquable à reconstituer non seulement des décors magnifiques – le port de Nantucket, le baleinier –, mais aussi une industrie. L’intrigue principale baigne dans un système économique – la récolte et l’exploitation de la graisse de baleine, principale source d’éclairage en Occident au début du XIXe siècle – comme la mèche d’une lampe baigne dans l’huile. Pendant ce temps, à bord de l’Essex, se joue un drame plus conventionn...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant