Avec Trump, Poutine espère restaurer les relations bilatérales

le , mis à jour à 13:13
4
    MOSCOU, 9 novembre (Reuters) - Vladimir Poutine a commenté 
mercredi l'élection de Donald Trump en déclarant que la Russie 
était prête à assumer sa part pour renouer des liens avec 
Washington distendus sous les dernières années de la présidence 
de Barack Obama. 
    "Nous avons entendu les déclarations de campagne du futur 
président américain sur le rétablissement des relations entre la 
Russie et les Etats-Unis. Ce n'est pas un chemin facile, mais 
nous sommes prêts à faire notre part et à tout faire pour 
remettre les relations russo-américaines sur une voix stable de 
développement", a dit le président russe, qui recevait de 
nouveaux ambassadeurs. 
    "Cela serait bon à la fois pour le peuple russe et pour le 
peuple américain et cela aurait un impact positif sur le climat 
mondial des affaires", a poursuivi Poutine.  
    Au cours de la campagne, le milliardaire new-yorkais a dit 
souhaiter une "très, très bonne" relation avec la Russie, 
précisant qu'il était prêt à coopérer avec Moscou dans la lutte 
contre l'Etat islamique et qu'il étudierait la possibilité de 
reconnaître la Crimée, région d'Ukraine annexée par Moscou en 
2014, comme un territoire russe, ainsi que la levée des 
sanctions contre la Russie dans ce dossier.   
    Les responsables du Parti démocrate, Barack Obama et Hillary 
Clinton en tête, ont critiqué ce qu'ils ont qualifié de 
fascination de Trump pour le dirigeant russe. 
    Parallèlement, ils ont soupçonné Moscou d'avoir cherché à 
s'immiscer dans la course électorale, notamment par l'action de 
pirates informatiques qui se sont infiltrés dans les ordinateurs 
du Comité national démocrate (DNC) et livré à l'opinion des 
courriels de John Podesta, le président de l'équipe de campagne 
de Clinton. 
    Le Kremlin avait relayé mercredi matin l'espoir de Poutine 
de coopérer avec Trump sur les grands dossiers internationaux, à 
commencer par la Syrie où Moscou appuie le régime de Bachar al 
Assad quand Washington soutient des groupes insurgés. 
    Un peu plus tôt, le président de la chambre basse du 
parlement russe, la Douma d'Etat, avait estimé qu'un dialogue 
plus constructif serait possible avec le futur locataire de la 
Maison blanche.  
    Cité par l'agence russe Tass, Viatcheslav Volodine, proche 
allié politique de Poutine, avait ajouté que le parlement russe 
saluerait tout pas dans cette direction. 
     
    VOIR AUSSI 
    LE POINT sur l'élection de Trump   
 
 (Denis Pinchuk et Polina Devitt; Eric Faye et Henri-Pierre 
André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a un mois

    Poutine ne verra plus la tronche de John Kerry : un soulagement.

  • mucius il y a un mois

    Poutine se fait des illusions. Son pays représente 1/10 des US. Il ne lui sera pas fait l'honneur de relations entre 2 pays de même niveau comme au bon vieux temps de l'URSS. L'homme d'affaires Trump sait parfaitement quel est le pouvoir de négociation de Putin et de son pays qui rappelons ne dispose que d'un seul porte-avions, le fameux "Alexandre Kouznetzov".

  • M2801849 il y a un mois

    @ M3039634 Plus aucune importance, la france n'a plus aucun poids, Trump lui meme l'a fait entendre....

  • M3039634 il y a un mois

    Ce qui est ennuyeux, c'est que Hollande, conseillé par Ayrault, n'avait pas du tout prévu la victoire de Trump !