"Avec QPR, on remportait le championnat chaque saison"

le
0

Nouvelle sensation du label Domino (Arctic Monkeys, Franz Ferdinand,…), auteur d'un premier album éponyme, Georgia est bien plus qu'une simple amatrice du ballon rond. C'est donc avec une ancienne joueuse de QPR que l'on a taillé le bout de gras autour du foot féminin, de QPR et de ses souvenirs d'enfance.

Il paraît que tu jouais pour l'équipe féminine de QPR lorsque tu étais petite… C'est tout à fait ça. J'ai joué pour cette équipe entre 13 et 16 ans. Ça commence donc à dater… À vrai dire, je joue au foot depuis toute petite, ce qui n'est pas si rare pour une fille ayant grandi à Londres. Lorsque j'y repense, je me dis que c'était une super époque, même si ça avait tendance à hiérarchiser un peu trop ma vie. Entre les entraînements et les nombreux déplacements à travers le pays, ça devenait compliquer à gérer. Cela dit, je ne le regrette pas du tout.

Tu jouais à quel poste ? Pour tout dire, je pense que j'étais une joueuse très utile dans une équipe. Je peux jouer des deux pieds et ça m'a permis d'évoluer à plusieurs postes. Toutefois, c'est en tant qu'ailier gauche, juste derrière l'attaquant, que je me suis le plus éclatée. Les résultats de l'équipe aidaient également à se sentir bien : on remportait le championnat chaque saison. Ça aide à prendre confiance (rires).

Tu penses que tu aurais pu faire carrière ? Pendant un certain temps, j'ai voulu me le prouver, tout en sachant pertinemment que c'était un milieu très concurrentiel, qu'il fallait s'investir à 100% et que j'aurais dû mettre de côté la musique à un moment donné. Comme je commençais à me faire un nom en tant qu'auteur-interprète, ce n'était plus envisageable. Il a fallu faire un choix. Il faut dire aussi que le football féminin n'était pas aussi développé il y a dix ans. Les équipes anglaises étaient encore très précaires, avec des centres de formation peu fonctionnels. QPR, par exemple, n'était pas prêt à professionnaliser sa démarche. Lorsque vous aviez 16 ans, vous étiez automatiquement redirigée vers les équipes seniors. Du coup, on pouvait se retrouver à jouer contre des femmes de 40 ans, ce qui était un peu compliqué. Heureusement, tout semble s'être amélioré depuis.

Tu continues à jouer aujourd'hui ? Oui, j'essaye de jouer dès que j'ai un peu de temps. Partout où j'ai pu aller à travers le monde, le foot m'a servi de moyen de communication et m'a permis de sympathiser avec de nouvelles personnes. Je pense que c'est un sacré avantage de savoir jouer au foot dans ce genre de…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant