Avec Perlan 2, Airbus cherche la publicité mais aussi l'innovation technologique

le
0
Avec Perlan 2, Airbus cherche la publicité mais aussi l'innovation technologique
Avec Perlan 2, Airbus cherche la publicité mais aussi l'innovation technologique

Le planeur spatial Perlan 2 est un bon moyen pour Airbus de s'attirer de la publicité en faisant concurrence aux innovateurs de la Silicon Valley mais représente aussi un défi technologique ouvrant la voie des voyages dans l'espace.L'avionneur européen a fait un don de près de 4 millions de dollars, selon une source proche du dossier, à l'association américaine Mission Perlan 2, à l'origine de ce projet ambitieux, et en est devenu le principal partenaire. Cette donation représente 57% du budget de 7 millions récolté pour cet engin, dont le but est de grimper à l'altitude record de 90.000 pieds (27.400 mètres) où les basses températures (-70 degrés Fahrenheit, -57° celsius) avoisinent les conditions observées sur Mars. Si ce don est dérisoire comparé aux milliards de dollars que coûte traditionnellement le développement d'un programme dans l'aéronautique, il surprend venant d'un groupe dont le nom est plutôt attaché aux avions de ligne et aux hélicoptères."Nous avons conçu un aéronef très simple. Il n'y a rien dans cet avion qui n'ait pas déjà été fait", explique à l'AFP Ed Warnock, directeur général de Perlan 2. Alors, pourquoi s'y intéresse Airbus ? "Ce planeur est en phase avec l'image que nous voulons donner. Celle d'un groupe innovateur. C'est bon pour notre réputation", répond Tom Enders, le patron d'Airbus, personnellement impliqué dans le projet. M. Enders a été le temps d'un test samedi co-pilote d'un vol de Perlan 2.- Avant-postes -Airbus, né en 1969 en plein coeur de l'âge d'or de la conquête spatiale, fait le calcul, selon les experts, qu'en s'alliant aux exploits stratosphériques de Perlan 2, il ferait d'une pierre deux coups.D'un côté, son nom serait associé aux aventures ayant marqué l'histoire de l'aviation, ce qui arrivera probablement si Perlan 2 battait comme envisagé le record d'altitude de l'avion de reconnaissance SR-71 Blackbird, qui remonte à 1976.De l'autre côté, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant