Avec Ocon, l'espoir est permis

le
0
Avec Ocon, l'espoir est permis
Avec Ocon, l'espoir est permis

Sixième du Grand Prix du Canada dimanche, Esteban Ocon n'en finit pas d'impressionner, lui qui n'en est qu'à ses débuts en Formule 1. Une précocité qui pourrait bien mettre fin à la disette française.

Au sortir du Grand Prix du Canada dimanche, Esteban Ocon n'affichait pas la mine des grands jours malgré une sixième place à l'arrivée. Le Français était encore en train de ruminer sa course. En pleine bataille avec son coéquipier, Sergio Perez, le pilote de Force India n'a pas réussi à prendre le meilleur sur le Mexicain. Pourtant, Ocon semblait bien plus rapide et aurait eu ses chances d'aller accrocher le premier podium de sa carrière, Ricciardo étant seulement quelques dixièmes devant les deux monoplaces de l'écurie indienne. « C'était un Grand Prix acharné, il fallait pousser du début à la fin. Il va falloir qu'on en discute avec l'équipe, j'avais beaucoup plus de vitesse, a assuré le Français au micro de Canal Plus. On aurait pu tenter de doubler Ricciardo, je pense que j'aurais pu le faire. La fin, c'était chaud avec mon coéquipier, mais on va se tirer la bourre jusqu'à la fin de l'année et ça va être sympa. »

Il peut effacer Panis des tablettes

Novice en F1, Esteban Ocon a certainement payé sa jeunesse et le poids que pèse Perez au sein de Force India. Si l'écurie compte dans le paddock aujourd'hui, c'est grâce aux sponsors que ramène le Mexicain depuis 2014. Malgré les directives de ses ingénieurs, « Checo » n'a pas laissé passer son jeune coéquipier comme pour lui montrer que le patron, c'est lui. « Je viens d'apprendre qu'on lui avait demandé de me laisser passer mais c'est comme ça, c'est la course, il n'y a pas d'amis, a poursuivi Ocon. J'aurais pu tenter, j'aurais pu doubler Ricciardo. J'avais beaucoup plus de vitesse surtout avec le déficit qu'il a en ligne droite. J'allais 7-8 dixièmes plus vite que Sergio. » Qu'à cela ne tienne, cette man½uvre de Perez est aussi le signe que le Mexicain craint son équipier, qui pousse malgré 15 GP sur le volant. Plus jeune Français à inscrire un point en Formule 1 lors de l'ouverture de cette saison en Australie, Esteban Ocon a de grandes chances de mettre un terme à une disette sans fin pour un pilote tricolore. D'ici quelques Grand Prix ou saisons, il effacera à coup sûr Olivier Panis comme étant le dernier vainqueur français d'un GP (à Monaco en 96).

Un avenir proche chez Mercedes?

Ocon a l'avantage de jouir d'une grande popularité au sein du paddock. Sous contrat avec Mercedes, il avait été cité pour remplacer Nico Rosberg. Finalement, Toto Wolff et l'écurie allemande ont choisi de le mettre dans une monoplace compétitive mais moins soumise à la pression pour voir la vraie valeur du gamin. La direction sportive de Mercedes doit être soulagé, Ocon est bien une graine champion et Wolff n'a pas manqué de prendre la défense de son protégé à l'issue du Grand Prix. « La prestation d'Esteban est vraiment solide. Il avait de quoi monter sur le podium. Il aurait suffi que Force India demande à Perez de le laisser passer. Et je crois qu'Esteban, lui, aurait passé Ricciardo ». Les jours de Lewis Hamilton en F1 semblent compter mais les Flèches d'Argent ont certainement déjà son successeur en magasin avec l'actuel huitième du classement des pilotes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant