« Avec moi, on ne négocie ni les places, ni les postes »

le
0

Vous êtes actuellement à la peine dans les sondages, en quatrième position derrière François Fillon. Que se passe-t-il ? Le renouveau n'imprime plus ? La seule chose qui compte dans une course, c'est la ligne d'arrivée. On verra où en seront les compteurs le 20 novembre, au soir du premier tour. Le vote du renouveau, c'est un vote d'espoir. Je vois bien la tentation, ici ou là, de voter pour Alain Juppé dans le seul but de faire barrage à Nicolas Sarkozy. Mais à tous ceux-là, je veux dire de ne pas voter par défaut. Parce que les élections par défaut donnent toujours des déceptions. Cela vous frustre de ne pas être dans le duo de tête ? Il n'y a aucune frustration de ma part. Le dégel des glaces peut arriver très vite. On a vu lors des dernières élections qu'il pouvait y avoir de grandes surprises. Regardez la primaire des Verts ! Je veux montrer aux Français qu'il est temps de passer en 2017 à autre chose. Vous excluez tout ralliement après le premier tour et vous refuserez la place de Premier ministre en cas d'alternance. N'y a-t-il pas là une trop grande part de vanité ? Aucune ! Mon état d'esprit est clair : je veux gagner, et je n'envisage pas d'échouer. Mais je soutiendrai le vainqueur, quel que soit le résultat. Et je me prononcerai au soir du premier tour si je ne me qualifie pas. Ce que je n'envisage pas, en revanche, c'est en effet un ralliement pour négocier une place de Premier ministre. Cela ne serait pas honnête par rapport au projet que je porte. Il y a entre mon projet et ceux de Nicolas Sarkozy ou d'Alain Juppé des différences importantes. Elles excluent d'être leur potentiel numéro deux. Beaucoup de Français qui se disent certains d'aller voter ignorent la date du premier tour. N'y a-t-il pas un problème de communication ? Cela me confirme que les choses ne sont absolument pas figées et que tout peut bouger jusqu'au dernier jour. Je veux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant