Avec Mario, méfiez-vous des idées reçues

le
0
Avec Mario, méfiez-vous des idées reçues
Avec Mario, méfiez-vous des idées reçues

Olivier Dacourt a côtoyé Mario Balotelli durant deux saisons, de 2007 à 2009, lors de son passage à l'Inter Milan. Si les clichés sur l'enfant terrible du foot italien ont la vie dure, l'actuel consultant de Canal + démêle habilement le vrai du faux.

 

IL EST ARROGANT

FAUX. « Pas du tout ! Il est dans la méfiance. C'est plutôt logique quand on connaît les difficultés liées à son histoire personnelle. Mais allez dire à ses coéquipiers de Nice qui ont tous reçu un cadeau de sa part à son arrivée qu'il est arrogant... C'est un homme plutôt attachant. Et, pour définitivement éteindre cette histoire d'arrogance, je vous dirais qu'il n'est pas à l'aise dans le conflit. Un type arrogant arrive à vivre au milieu des tensions qu'il suscite. Quand j'étais joueur, je ne parlais pas à certains coéquipiers en dehors du terrain. Mario ne pourrait pas agir ainsi. Il n'est pas dans cette démarche. »

 

IL EST INGÉRABLE

FAUX. « Cela voudrait dire qu'il arriverait en retard ou manquerait une séance d'entraînement. Il est impossible de jouer à l'Inter Milan, Liverpool, Manchester City ou l'AC Milan si on ne respecte pas les règles de base d'un collectif. Dans ces équipes, il y a d'autres stars et si Balotelli avait agi ainsi, il se serait fait « démonter » par les autres joueurs. Le mec que j'ai croisé était très respectueux de cela. Et je n'ai jamais entendu parler à son sujet d'un comportement de diva. »

 

IL EST FÊTARD

VRAI - FAUX. « C'est un joueur de football d'aujourd'hui avec toute la médiatisation qui entoure les stars. Tous les joueurs font la fête... quand ils sont en vacances. Ceux qui sortent tous les soirs pendant la saison sont très rares et il n'en fait pas partie. Moi, je ne sortais jamais de l'année, mais je me lâchais pendant les congés d'été pour évacuer la pression. C'est vieux comme le foot. Mario aussi est dans cette démarche, mais, avec les réseaux sociaux comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant