Avec les rebelles, dans les tranchées de Misrata 

le
0
REPORTAGE - À quelque 30 km de Misrata, des centaines de combattants se relaient sur le front d'Al-Dafniya

Envoyé spécial à Misrata

Des tirs de mitraillettes et mitrailleuses ont inhabituellement résonné à Misrata dans la nuit de mercredi à jeudi. Contrairement à Benghazi, la capitale de la rébellion, qui a été épargnée et où des jeunes hilares tirent en l'air pour un oui ou pour un non, la ville martyre, qui s'est libérée seule après plus de deux mois de combats de rues, économise ses munitions. Ici, à quelque 200 km de Tripoli, dans cette partie ouest de la Libye encore fermement tenue par le régime de Kadhafi, la guerre est bien réelle et elle charrie toujours son lot de morts, de souffrances et de privations.

Mais cette nuit-là, une fois n'est pas coutume, des combattants, traversant la ville sur leur pick-up, entendaient célébrer la capture de Mohamed Muftar Kaiba, un fidèle de Kadhafi et haut dignitaire de son régime, responsable entre autres des opérations du régime sur Misrata et sa région. Jeudi, aucune source officielle n'était venue confirmer cett

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant