" Avec les Rangers, le vert c'est seulement la couleur de la pelouse "

le
0
" Avec les Rangers, le vert c'est seulement la couleur de la pelouse "
" Avec les Rangers, le vert c'est seulement la couleur de la pelouse "

Il a vécu l'ascenseur émotionnel de Bâle mais rêve de se qualifier à nouveau pour la Ligue Europa avec Saint-Etienne. Car Jérémy Clément aime la difficulté, et garde notamment un grand souvenir de la lutte pour le maintien sous les couleurs du PSG. Interview d'un mec qui a joué, un peu, avec Barry Ferguson et, beaucoup, avec Claude Makélélé.

Trois victoires consécutives, la C1 à 4 points. Vous avancez à visage découvert en cette fin de saison ou c'est le discours traditionnel " on joue chaque match l'un après l'autre " ?
Honnêtement, c'est pas que je veux avoir le discours traditionnel mais il y a trois matchs de cela, on était huitième, on ne peut pas trois matchs après dire que l'on vise la troisième place. C'est tellement serré entre la deuxième et la huitième places que tout peut se passer. Nous on vise une place européenne. Il y a d'autres équipes mieux armées que nous pour ces places. Nous l'objectif c'est de refaire la Ligue Europa.

Quand on pense à votre parcours 2016, c'est l'image de Bâle qui nous revient en tête.
(Il rigole) Ouais, il y a eu un ascenseur émotionnel contre Bâle. On n'a pas démérité dans les deux matchs, cela s'est joué sur des détails. Il y a peu être un penalty limite pour eux à l'aller. Mais chaque année on progresse. Là on est sorti des poules, on a failli passer un tour de plus. Tout doucement Saint-Etienne grandit et a fait un bon parcours européen.

« On voit chaque année des équipes se casser la figure comme Marseille cette année qui est pourtant censé finir devant nous »
Ce but à Bâle, vous vous en êtes voulu ? Le sentiment c'est que vous deviez passer, vous aviez fait le plus difficile...
On pense la même chose. Il y a une image marquante : quand Bâle marque, on est cinq ou six à s'écrouler par terre car le choc est terrible. On espérait ce but, on pousse pour et on marque. Deux minutes après, on en reprend un. Donc c'est une soirée douloureuse que l'on a eu du mal à évacuer car on n'est pas passé loin. Bâle a plus l'habitude de disputer l'Europe, cela aurait quand même été un bel exploit de passer.

Le coach dit quoi dans le vestiaire après un tel résultat ?
Pas besoin de gueuler parce que voilà, autant Saint-Etienne a parfois fait des matchs très moyens en championnat, autant on a toujours mis beaucoup d'intensité et d'envie en Ligue Europa. Il était déçu comme nous, il n'a pas parlé à chaud car on était trop abattu. Cela…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant