Avec le Streetscooter, Deutsche Post veut s'affranchir de VW

le
0
    * Deutsche Post a développé son propre véhicule électrique 
    * Il a profité du savoir-faire des équipementiers 
    * Il pourrait le commercialiser d'ici la fin de l'année 
    * Un concurrent inattendu pour Volkswagen 
 
    par Edward Taylor 
    FRANCFORT, 6 octobre (Reuters) - Deutsche Post  DPWGN.DE  a 
en toute discrétion conçu et construit sa propre camionnette de 
livraison électrique, exploitant les nouvelles percées 
technologiques au grand dam de Volkswagen  VOWG_p.DE , son 
fournisseur historique. 
    Pour l'instant, le groupe de messagerie et de logistique 
emploie lui-même ce nouveau modèle pour répondre à une demande 
croissante liée au commerce électronique, remplaçant ainsi des 
utilitaires VW, avec aucune pollution à la clé. 
    Mais il décidera d'ici la fin de l'année s'il y a lieu de 
vendre lui-même le Streetscooter, donc d'entrer en concurrence 
directe avec les constructeurs. 
    L'évolution des logiciels de production permet à des groupes 
tels que Deutsche Post et Google  GOOGL.O , comme à des 
start-up, de faire concevoir, construire et tester par des 
équipementiers tiers des prototypes sans avoir à recruter des 
ingénieurs par milliers et sans investir massivement dans des 
usines. 
    Ces prestataires ont bénéficié du fait que les grands 
constructeurs ont externalisé leur recherche-développement pour 
faire baisser leurs charges après la crise financière de 
2008-2009.  
    Ils fournissent à présent 80% des composants d'un véhicule 
contre 56% environ dans les années 1980 et forment un réseau 
auquel de nouveaux venus ont abondamment recours pour leurs 
futures voitures autonomes. 
    "Nous ne réinventons pas la roue, à dessein. Nous ne 
produisons pas le moindre composant nous-mêmes; tout vient d'un 
fournisseur", a dit à Reuters Wim Neidlinger, directeur du 
développement de la division Streetscooter de Deutsche Post. 
    Le groupe a précisé qu'il avait décidé de mettre lui-même la 
main à la pâte lorsque les constructeurs classiques ont refusé 
de concevoir les véhicules électriques qu'il souhaitait, la 
production n'étant pas à leurs yeux assez importante en quantité 
pour être intéressante. 
    "Nous avons passé le marché en revue: il n'y avait aucune 
camionnette électrique disponible. Nous avons alors décidé de 
faire nous-même la nôtre", a déclaré Jürgen Gerdes, l'un des 
membres du directoire de Deutsche Post. 
     
    CONÇU COMME UN OUTIL 
    Le groupe allemand dispose déjà d'un millier de véhicules 
jaune vif opérationnels et la production est passée à 5.000 
unités par an, avec possibilité de mobiliser une seconde équipe. 
    Dominik Rüchardt, directeur du développement de PTC  PTC.O , 
auteur du logiciel qui a servi à concevoir le Streetscooter en 
reliant un réseau de 80 fournisseurs, explique que ce type 
d'outils deviennent de plus en plus accessibles. Après des 
années passées à concevoir des programmes informatiques maison, 
les constructeurs adoptent des systèmes plus normalisés, ce qui 
les aide à étendre leur réseau de fournisseurs. 
    En outre, les véhicules électriques, dont la conception est 
beaucoup plus simple que celle de véhicules équipés d'un moteur 
à combustion, ne mobilisent que 10% des effectifs au stade du 
montage, ce qui réduit les coûts de production de façon 
spectaculaire. 
    "Nous l'avons conçu comme un outil; la finition n'a donc pas 
à être aussi poussée que celle d'une voiture de tourisme", a 
expliqué Wim Neidlinger. 
    La durée de vie des camionnettes est de 16 ans et leur durée 
d'usage de six jours par semaine à raison de 10 heures 
consécutives par jour. Certaines pièces doivent être 
particulièrement solides, comme les portes, ouvertes et 
refermées jusqu'à 200 fois par jour. 
    Pour Volkswagen, dont les utilitaires Caddy sont 
progressivement remplacés par les Streetscooter, la pilule est 
amère. 
    "Je ne décolère pas et bien sûr je me demande bien pourquoi 
Post n'a pas contacté notre division utilitaires en vue de faire 
quelque chose d'approchant", a déclaré le président du 
directoire du groupe automobile, Matthias Müller. "Voyons si on 
peut encore ramasser la balle au bond". 
    Pour les analystes, l'audace de Deutsche Post met en lumière 
les carences de l'industrie automobile. "Il a ouvert un nouveau 
segment et les constructeurs traditionnels, faute d'imagination, 
sont passés à côté", dit Christoph Stürmer, de PwC. 
    Deutsche Post a présenté le mois dernier un nouveau modèle, 
le Streetscooter Work L, doté d'un espace libre de 8 mètres 
cubes capable de transporter jusqu'à 150 colis d'un poids global 
d'une tonne. 
    Gerdes n'a pas donné le prix d'un Streetscooter mais a 
déclaré: "Cela n'a pas coûté des milliards à concevoir et à 
produire; si vous saviez à quel point c'est bon marché à faire, 
vous ne le croiriez pas!".     
     
 
 (Avec Jan Schwartz, Wilfrid Exbrayat pour le service français, 
édité par Marc Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant