Avec le projet «Oxygen», La Défense va se mettre au vert

le
1

Le quartier d’affaires parisien va considérablement changer. Et se moderniser. Restaurants, plateaux de cinéma et agriculture urbaine vont prendre leurs quartiers... jusque dans les sous-sols.

Donner de l’air à La Défense. Le projet «Oxygen» porte décidément bien son nom. Il est vrai que les tours du plus grand quartier d’affaires européen ont quelque chose d’étouffant, malgré la large esplanade... Les choses vont changer. Et dans un futur proche! Dans un peu plus d’un an, plusieurs infrastructures auront vu le jour: un jardin-terrasse de 1000 mètres carrés, un bar «branché», des restaurants bios/écolos et un espace de coworking, dévoilait ce week-end le Journal du dimanche. L’objectif: faire de La Défense un «site attractif», et même en «véritable lieu de destination».

Ce réaménagement passe par l’exploitation d’un énorme potentiel qui était jusqu’ici resté en jachère: les sous-sols de La Défense, 35 à 45.000 mètres carrés de volumes «résiduels», vides, «compliqués d’accès», et «difficiles à valoriser», selon les termes de la directrice générale du gestionnaire de La Défense, Defacto, Marie-Célie Guillaume. «C’est un projet innovant et ouvert qui ne privatise pas l’axe historique. Il fait la part belle à la verdure et rompt ainsi avec l’architecture très minérale de la Défense», a-t-elle également précisé au JDD.

Végétalisation, bar-resto, et clubbing à gogo

Le projet dessiné par l’architecte Stéphane Malka - et qui devrait ouvrir au printemps 2017 - devrait bien rompre avec l’actuelle austérité du quartier d’affaires et de ses environs. Les permis de construires des différentes infrastructures n’ont toutefois pas encore été remis. Le projet est financé par la société AVEC Investments à hauteur de 5 millions d’euros, en partenariat avec la Caisse des dépôts. Une convention d’occupation de vingt ans a également été signée avec Defacto. Les quelques 700 pieds de vignes qui sont aujourd’hui sur le site vont donc être replantés ailleurs... et remplacés par deux grands bâtiments en verre de 300 mètres carrés chacun.

L’un accueillera des évènements tandis que l’autre sera un bar-restaurant qui se transformera en club à la nuit tombée. Idéal pour un afterwork. Au «sous-sol» - si l’on peut parler ainsi! - on trouvera trois enseignes de restauration rapide: Bio Burger, Label Ferme, et Louie Louie. On trouvera également un comptoir à cafés et un espace de co-working, toujours selon le JDD. Une façon d’intégrer les travailleurs nomades qui sont juste de passage à La Défense.

Pour réhabiliter ces onze cavernes de béton brut en sous-sol, des appels à projets devraient être lancés entre 2016 et 2017. La patronne de Defacto ne manque pas d’idées pour transformer ces milliers de mètres carrés à fort potentiel: boîtes de nuit, salles de gym, studios télé, salles de cinéma, agriculture urbaine... Et ce n’est - peut-être - pas fini! Il n’est en effet pas impossible que d’autres cavernes soient découvertes dans les mois à venir!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 18 fév 2016 à 10:10

    Aracher 700 pieds de vignes pour construire deux immeubles, faire des restaurants en sous-sol? Le projet "Oxygen" a tout pour faire rêver!