Avec la Ville de Paris, jouez au Monopoly du logement social

le
0

CONTENU INTERACTIF - A l’occasion de la semaine du logement social, Le Figaro immobilier vous propose une approche ludique des réalisations de HLM mises en avant par Anne Hidalgo et son ajoint PCF au Logement, Ian Brossat.

Choisir les plus belles rues de la capitale: les Champs-Elysées, le Faubourg Saint-Honoré, les adresses chics du 16e arrondissement pour ensuite y installer des logements et encaisser des loyers... cela ne vous rappelle rien? Au Figaro Immobilier, nous sommes des fans du jeu de Monopoly (forcément). Il y a quelque temps déjà nous vous proposions de reconnaître dans un quiz les rues les plus célèbres figurant dans la version françaises. Et auparavant, nous avions tenté de réactualiser les prix pour qu’ils se rapprochent du marché actuel.

Cette fois-ci, poussant la logique jusqu’au bout nous vous proposons un Figaropoly interactif. Mais pas n’importe lequel, il s’agit de l’édition spéciale logements sociaux. Vous l’ignoriez peut-être, mais entre la fin de certains mouvements sociaux et le début de l’Euro 2016, ce week-end marque également l’achèvement de la semaine nationale des HLM. Et pour nous associer à cette manifestation, nous avons mis en forme une petite sélection parmi les réalisations que nous présentent régulièrement et trimphalement Anne Hidalgo et son adjoint chargé du Logement Ian Brossat.

Un goût pronocé pour les trophées

L’occasion de rappeler au passage le goût prononcé de l’équipe municipale pour les trophée en matière de logement social. Car les belles adresses (1er, 4e, 8e ou 16e arrondissements) ne suffisent pas il faut y rajouter un bonus comme le rappelle notre jeu: situation au-dessus d’un concessionnaire Porsche, vue sur le Palais-Royal, colocation dans l’ancien appartement de Frigide Barjot... Mais tout cela à un coût également rappelé dans nos fiches Figaropoly. Si les programmes mêlant logements sociaux et logements en accession se font à des tarifs serrés (pour la partie sociale du moins), les tarifs dérapent parfois pour de petits programmes avec de lourdes rénovations. C’est le moment d’aller se placer sur la case départ.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant