"Avec Fletcher, on se regardait et on était morts de rire"

le
0
"Avec Fletcher, on se regardait et on était morts de rire"
"Avec Fletcher, on se regardait et on était morts de rire"

Outre Granville, la belle histoire de cette Coupe de France, c'est Trélissac. L'autre TFC a fait tomber Clermont et Lille, avant de céder face à l'OM. Rencontre avec Eymeric Rucart, héroïque portier du match face aux Lillois.

Avec Lille et Marseille, votre parcours commence contre Clermont, pensionnaire de Ligue 2, en 64es de finale. On était contents. Enfin, on était quand même un peu dégoûtés parce qu'on a envie d'aller le plus loin possible en Coupe de France. On l'a abordé sereinement parce qu'on n'avait rien à perdre. On était chez nous, avec le public derrière, 1500 personnes. Après, on marque sur penalty à la 5e. En même temps, ils étaient pas super dangereux offensivement, et nous, on sort un gros match. Clairement, on domine. Si on doit gagner 3-0, c'est pareil.

Vous changez de tactique pour ce genre de rencontres ? La tactique reste la même, on joue en 4-1-4-1 comme en championnat. C'est la motivation individuelle qui change, parce qu'on a la chance de jouer contre des équipes professionnelles, ça nous met un peu en valeur et ça permet de comparer l'écart de niveau. Quand chaque joueur joue à 200%, on voit la différence sur le terrain.

« Vaut mieux perdre contre une Ligue 1 que contre Saint-Malo. »Eymeric Rucart
Après Les Murets, une DH, battue 2-0, vous retrouvez Lille en 16es. Pour moi, c'était clairement un bon tirage : j'espérais au moins jouer contre une Ligue 1. En plus, c'est à Périgueux (le stade du TFC est trop petit, ndlr), tout le monde est content. C'était aussi l'occasion de revivre ce que j'avais vécu en 2010, lorsqu'on avait reçu l'OM. Parce que de toute façon, nous, club de Trélissac, la Coupe de France, on ne l'aurait pas gagnée. Vaut mieux perdre contre une Ligue 1 que contre Saint-Malo. Là, au pire, tu perds, ils ont été meilleurs, toi t'as tout donné, merci au revoir. Sauf que là, on gagne.

Civelli : " Contre Trélissac, ça devrait passer"
Le moment décisif, c'est le penalty raté par Benzia ? Clairement. On vient d'égaliser à la 57e par Nico Cavaniol, et ils ont un penalty à 63e, dans ces eaux-là. C'est pas…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant