Avec Croque Food, faites vous livrer des plats cuisinés par des particuliers

le
0

Profitant de l'attrait suscité par la cuisine, un nouveau site propose à partir de ce lundi à des particuliers de cuisiner pour d'autres particuliers. Le tout avec un service de livraison à vélo.

«Quand le frigo est vide, on a le choix entre sushis, burgers, pizzas. Nous espérons donner d'autres envies...» C'est ce constat qui a motivé Gautier Lavigne à fonder Croque Food. Cette nouvelle start-up propose à partir de ce lundi à des particuliers de cuisiner pour d'autres particuliers. De quoi arrondir ses fins de mois en toute simplicité pour les uns et manger sans se fatiguer pour les autres. Le tout avec un service de livraison à vélo. Une façon de garantir un service de proximité.

Le prix et la rapidité. Ce sont les deux arguments de vente de la start-up. Concrètement, le site Internet croquefood.com permet à des cuisiniers d'un soir (ou pas) de proposer des plats contre participation financière définie par eux-mêmes. Sur leur écran, d'autres particuliers peuvent commander à leur guise. Une fois la commande validée par le cuisinier, le livreur géolocalisé qui se trouve à proximité peut assurer la course avec son vélo.

Toujours plus simple

Les livreurs sont des autoentrepreneurs. Ils travaillent parallèlement pour d'autres applis proposant des livraisons, type Alloresto ou autre Deliveroo. Quant aux cuisiniers, le président de Croque Food assure en avoir déjà une trentaine sous le coude, recrutés au niveau local grâce à des opérations de tractage et du porte à porte. «Cela assure une diversité dans les cuisines proposées» qu'il veut «intergénérationnelles et interculturelles».

L'objectif est de se démarquer des traiteurs professionnels qui proposent des produits souvent identiques les uns aux autres. «On souhaite proposer des plats du quotidien, pas forcément ceux qu'on trouve dans les restaurants. L'idée pour le client est vraiment de pouvoir manger quelque chose de simple quand il n'a rien dans son frigo», insiste Gautier Lavigne. «On mise tout sur le cuisinier. C'est la clé. Si l'offre est là, le reste suivra», songe-t-il encore.

Sur chaque commande, l'entreprise opère un prélèvement de 4,70 euros. 3,50 euros vont au livreur, une partie est décernée au packaging et 20 centimes vont à l'entreprise. Le service est dans un premier temps proposé autour du 17e arrondissement. Il sera ensuite progressivement élargi si le public accroche.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant