Avec Asimo, la robotique prend un visage toujours plus humain

le
0
Avec Asimo, la robotique prend un visage toujours plus humain
Avec Asimo, la robotique prend un visage toujours plus humain

Il court, saute, danse, monte les escaliers ou vous sert à boire... Son allure et ses actions sont presque humaines, mais il ne faut pas s'y tromper: Asimo est un robot."Bonjour New York, merci d'être venus aujourd'hui!". La voix est celle, enregistrée, d'un garçon de 16 ans. Mais celui qui parle est un robot blanc de 1,30 mètre pour 50 kilos, dont la tête ronde ressemble à un casque, et qui fait penser à un enfant en combinaison de cosmonaute.Asimo, dont la toute dernière version faisait ses débuts américains mercredi à New York, est le descendant de plusieurs générations de robots sur lesquels Honda travaille depuis des décennies. Les ingénieurs du groupe japonais ont étudié les mouvements humains pour tenter de les reproduire artificiellement.L'un des premiers résultats était en 1986 un appareil cubique porté sur deux "jambes" dont chaque "pas" prenait 15 secondes. Avec le temps, l'apparence est devenue plus humaine et les mouvements plus fluides.Le premier Asimo est né en 2000, et la génération 2014 est désormais capable de courir à 9 km/h ou de marcher et monter un escalier dans la foulée sans s'arrêter. S'il se contente de marcher, la batterie au lithium dans son ventre lui donne environ 40 minutes d'autonomie avec un rechargement.Honda dit avoir beaucoup travaillé sur l'équilibre et la stabilité d'Asimo. Pour le prouver mercredi, le robot saute à pieds joints ou à cloche-pied, tape dans un ballon, danse en bougeant les jambes et les bras presque en rythme...Les ingénieurs du groupe japonais vantent aussi la dextérité de ses dix doigts: il vous serre la main, vous "parle" en langue des signes américaine ou japonaise, et vous sert même à boire. Démonstration sur une table où une bouteille rigide et un gobelet en carton plus fragile attendent le robot. Il prend doucement la bouteille d'une main, dévisse de l'autre le bouchon qu'il repose sur la table, avant de saisir le gobelet en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

La Turquie veut toujours croire à l'ouverture d'un bureau de Twitter
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant