Avant Zlatan, il y avait Ibra

le
0
Avant Zlatan, il y avait Ibra
Avant Zlatan, il y avait Ibra

Si Ibrahimovic est parti comme une légende du championnat français, son aventure italienne est un peu plus discutable. Car avant d'être le grand Zlatan, l'intouchable, c'était surtout Ibracadabra, le controversé.

" Je suis arrivé comme un roi, je pars comme une légende " Cette phrase postée sur le Twitter de Zlatan Ibrahimovic est déjà culte et traversera certainement les décennies comme les souvenirs de son talent, mais aussi de son caractère bien à lui. Lorsqu'il débarque au PSG en 2012, il devient rapidement Zlatan, un personnage qui est quasiment devenu une marque déposée à force de le sublimer. Mais il n'a pas toujours été cet homme aux cheveux attachés en arrière et au petit bouc-moustache. Fut un temps, il portait le serre-tête et se rasait toujours de près : c'était Ibra, quoi. Cette tête-là a tout de même évolué sept ans en Italie, où il a forgé sa réputation de dur à cuire et de footballeur-acrobate. Ce qu'on a retenu de lui en Italie ? Pas forcément de quoi le qualifier de légende, mais bien d'un joueur qui a laissé une grosse marque partout où il est passé.

Ibra d'acier


Il n'a pas fallu attendre que Joey Barton signe à Marseille pour comprendre qu'Ibrahimovic avait son caractère bien à lui, très sûr de lui, insolent et arrogant à souhait. Dès ses débuts avec la Juventus, l'Italie entière comprend à qui elle a à faire. Il faut dire que le bougre s'était déjà fait remarquer quelques fois à l'Ajax. Les adversaires des Bianconeri sont dès lors avertis, à commencer par les plus teigneux, bien que Gattuso n'avait pas attendu qu'il signe chez le rival turinois pour lui en coller une petit dans le visage pendant un match. L'un des premiers à qui Ibrahimovic se heurte est évidemment Materazzi, ce faucheur des familles qui n'a pas manqué de bizuter le Suédois lors d'un Juve-Inter.


L'Italien s'en mordra les doigts sept ans plus tard, puisqu'il sera à son tour la victime d'une intervention " kung-fu " de son ex-équipier à l'occasion d'un derby della Madonnina.

Youtube

De la Juventus au Milan, en passant par l'Inter, il a l'occasion de se fritter avec environ la moitié des joueurs passés sur son chemin : un coup de tête à Mihajlovic par ci, un nez…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com