"Avant, Portugal-Islande, c'était 10-0"

le
0

De retour au top après une blessure qui l'a privé d'Euro, Bernardo Silva profite de son repos forcé pour mater l'Euro à la télé. Frustré, il n'en demeure pas moins optimiste. Pour le Portugal comme pour une Ligue 1 qu'il aime bien.

Salut Bernardo. Tu as bonne mine et tu as l'air en forme. C'est le cas ? La blessure est derrière toi ?

Ecoute, ça va très bien. En fait, je suis déjà à 100% pour pouvoir commencer la saison avec Monaco, mais ça me rend d'autant plus triste de ne pas avoir pu disputer l'Euro avec le Portugal. Surtout ici, en France. Mais bon, je suis tout ça devant la télé. Jusqu'ici, on a fait deux matchs nuls donc on n'est pas contents. Normalement, le Portugal se doit de gagner contre des équipes comme l'Islande et l'Autriche. Mais ça, c'est le passé. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à faire le boulot contre la Hongrie.

Parmi les joueurs qui n'ont pas déçu, il y a Raphaël Guerreiro. Que penses-tu de lui ?

Raphaël, j'ai joué avec lui à l'Euro espoirs, on avait été jusqu'en finale et j'ai joué contre lui avec Monaco face à Lorient. Là, il va jouer à Dortmund, ça va l'aider à encore plus progresser. C'est un super joueur. Très rapide, technique. Dans quelques années, ça sera un des meilleurs latéraux du monde.

Tu aurais fait du bien dans l'animation offensive portugaise qui rame un peu parfois. Quel est ton sentiment par rapport aux difficultés rencontrées par la Selecçao jusqu'ici ?

Pour moi, c'est un peu comme la France. On a contrôlé nos deux premiers matchs, on avait la possession, on s'est crée des opportunités. Malheureusement, on a manqué d'efficacité, on a loupé deux ou trois occasions à chaque fois, on touche les poteaux. Normalement, Cristiano et Nani, ce genre d'occasions, ils les mettent au fond.

« De toute façon, les buts vont arriver avec le temps, dès les huitièmes, ça va se décanter. Les équipe seront obligées de jouer pour survivre »

Ces deux matchs illustrent parfaitement un grand classique du football actuel qui veut que les petites équipes n'existent plus...

C'est un cliché de dire ça, mais c'est vrai. Toutes les équipes jouent bien. Elles jouent leur jeu, qui n'est pas toujours celui que les gens aiment, mais c'est difficile de les affronter. Il y a dix ans, si le Portugal avait joué contre l'Islande, c'était un 10-0. Maintenant, tu ne…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant