AVANT-PAPIER-Wall Street sort sa loupe pour y voir plus clair

le
0
    * Le marché est nerveux et volatil 
    * Janet Yellen a entretenu le flou 
    * Les chiffres de l'emploi très attendus 
 
    par Noel Randewich 
    NEW YORK, 28 août (Reuters) - Wall Street étudiera soigneusement cette 
semaine une série d'indicateurs, et notamment les chiffres de l'emploi pour le 
mois d'août qui seront annoncés vendredi, pour essayer de deviner quand la 
Réserve fédérale se décidera à relever à nouveau les taux d'intérêt. 
    La Bourse de New York a alterné les hausses, les baisses et les tentatives 
de redressement tout au long de la journée de vendredi dernier, marquée par une 
prise de parole très attendue de Janet Yellen, avant de finir dans le désordre. 
    La volatilité du marché, dont les indices évoluent dans le voisinage de 
leurs records, s'explique par le flou qu'a entretenu la présidente de la Fed sur 
le calendrier des resserrements à venir. 
    Signe de la nervosité des marchés, l'indice de volatilité du CBOE  .VIX , 
surnommé "l'indice de la peur" à Wall Street, a touché vendredi un pic de sept 
semaines avant de limiter sa hausse à 0,51%. 
    Les investisseurs attendaient avec impatience le discours de Janet Yellen 
lors du symposium de Jackson Hole mais la présidente de la Fed ne les a guère 
éclairés sur ses intentions et c'est finalement une intervention de Stanley 
Fischer, le vice-président de la banque centrale américaine, qui les a le plus 
marqués. 
    Tout en jugeant que les arguments en faveur d'une hausse des taux se 
renforçaient aux Etats-Unis, Janet Yellen a entretenu le suspense sur le 
calendrier.  
    "Notre capacité à prédire comment le taux des fed funds va évoluer à travers 
le temps est assez limitée", a-t-elle dit. "L'économie est fréquemment ébranlée 
par des chocs et, en conséquence, évolue rarement conformément aux prévisions." 
  
     
    SEPTEMBRE, DÉCEMBRE OU LES DEUX ?  
    Tandis que les investisseurs peinaient à interpréter ces déclarations, 
Stanley Fischer a été plus direct en intervenant dans la foulée sur CNBC. Il a 
assuré que les propos de la présidente de la Fed étaient compatibles avec un 
relèvement de taux dès septembre, voire plusieurs d'ici à la fin de l'année. 
    Quincy Krosby, stratégiste de marché chez Prudential Financial, a tenté un 
résumé. 
    "Elle (Janet Yellen) a fait savoir au marché qu'elle aimerait relever les 
taux, ce qui veut dire que les chiffres de l'emploi de vendredi sont très 
importants". 
    Les marchés pensent toujours majoritairement que la Fed ne relèvera ses taux 
qu'une seule fois, en décembre, mais l'hypothèse d'une hausse en septembre n'est 
pas totalement écartée. 
    Elle sera même relancée si les chiffres de vendredi sont bons. La composante 
des salaires sera particulièrement surveillée parce que s'ils continuent 
d'augmenter, l'inflation devrait suivre, ouvrant la porte à une hausse de taux. 
    Parmi les autres indicateurs d'une semaine riche en chiffres, les 
investisseurs guetteront notamment la consommation des ménages (lundi), le moral 
des consommateurs (mardi), l'activité manufacturière et les ventes de voitures 
(tous deux jeudi). 
    "Toute force potentielle dans les chiffres de la consommation et de l'emploi 
aideraient beaucoup les prix des actions à se maintenir à leurs niveaux 
actuels", explique Jon Adams, responsable des investissements chez BMO Global 
Asset Management.  
     
 
 (Patrick Vignal pour le service français) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant