AVANT-PAPIER-Pour la BCE, il sera urgent d'attendre ce mois-ci

le
0

* La BCE attend les projections de l'Eurosystème de décembre * Elle veut évaluer l'impact des ABS et TLTRO * Les "corporate bonds" prochaines sur la liste * Les emprunts souverains soulèveraient des difficultés par Paul Carrel FRANCFORT, 4 novembre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) observera le statu quo jeudi, attendant de connaître les prochaines prévisions économiques de l'Eurosystème qui paraîtront en décembre ainsi que les effets économiques de ses dernières mesures avant de se prononcer sur l'opportunité de nouvelles initiatives. Ces considérations l'emportent sur le fait que l'inflation de la zone euro n'est que de 0,4%, bien loin de l'objectif de la BCE d'un peu moins de 2%, et que sa croissance est presque inexistante. "Nous ne voyons pas la BCE imiter la Banque du Japon (BoJ) et annoncer des mesures d'assouplissement monétaire inattendues cette semaine", dit Nick Matthews, économiste de Nomura. La BoJ a surpris son monde vendredi en augmentant encore son programme massif de rachats d'actifs en réponse à une croissance et à une inflation défaillantes après le relèvement de la TVA intervenu en avril. ID:nL5N0SQ15L Les divergences d'opinion étant une seconde nature du Conseil des gouverneurs de la BCE, il semble difficile de voir se dégager un consensus européen pour de nouvelles mesures de stimulation de la croissance. La BCE a déjà ramené ses taux directeurs à des niveaux plancher sans précédent, proposé aux banques des fonds bon marché à longue échéance et commencé à racheter des actifs du secteur privé. L'institut d'émission a déjà bouclé deux semaines de rachats d'obligations sécurisées et pense acheter des ABS (valeurs mobilières adossées à des actifs) dans le courant du mois. Elle proposera enfin en décembre, une deuxième opération de refinancement à long terme ciblée ou TLTRO. Des sources proches de la BCE ont toutefois dit à Reuters que son programme de rachats d'actifs du secteur privé risquait d'être décevant, ouvrant la voie à d'éventuels rachats de dettes souveraines l'an prochain. Quoi qu'il en soit, le président Mario Draghi souhaite que les dernières mesures prises portent le bilan de la banque centrale à son niveau du début 2012, impliquant de l'augmenter encore d'un millier de milliards d'euros. Dans une lettre datée du 3 novembre adressée à un parlement européen, Draghi pense que ces dispositions auront un "effet notable" sur le bilan de l'institut d'émission. Mais il ajoute: "La BCE n'a pas d'objectif précis pour la taille globale du bilan ou pour chacun des programmes individuels". Si la BCE doit prendre de nouvelles décisions allant dans le sens d'un assouplissement quantitatif, Draghi devra surmonter la résistance de personnalités telles que Jen Weidmann, le président de la Bundesbank. Une révision à la baisse des projections de l'Eurosystème pourrait l'y aider. En septembre, la BCE anticipait une croissance de la zone euro de 0,9% cette année et de 1,6% en 2015, et une inflation de 0,6% et 1,1% respectivement. "Je pense que les projections ne feront qu'inciter la BCE à prendre de nouvelles mesures d'assouplissement", estime Matthews. "Cela pourrait se traduire par un élargissement des rachats d'actifs en décembre, allant dans le sens d'un programme visant les obligations émises par les entreprises, et vraisemblablement au premier trimestre de l'an prochain". (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux