AVANT-PAPIER-Merkel en Chine pour défendre les entreprises allemandes

le
0

par Paul Carrel BERLIN, 27 octobre (Reuters) - Angela Merkel se rend mercredi en Chine pour renforcer les intérêts des entreprises allemandes fragilisées par le scandale Volkswagen VOWG_p.DE et attaquées par la concurrence, notamment de la Grande-Bretagne. Des 28 Etats membres de l'Union européenne, l'Allemagne est celui qui entretient les plus fortes relations commerciales avec la deuxième puissance économique de la planète. Les exportations de ses constructeurs automobiles et la force de son industrie mécanique expliquent largement ce succès. Mais le ralentissement de la croissance chinoise a touché les exportateurs allemands et assombrit leurs perspectives. Sur le premier semestre, les exportations allemandes dans le secteur des machines-outils ont reculé de 4,9%. Dans le même temps, les investissements chinois en Grande-Bretagne, illustrés par la visite la semaine dernière du président Xi Jinping à Londres, témoignent de l'intérêt croissant que Pékin porte aux secteurs des services et à l'accès aux marchés financiers. "L'ère de l'abondance est révolue", estime Sebastian Heilmann, directeur de l'Institut Mercator des études chinoises à Berlin. "Angela Merkel va être dans une position bien plus difficile que lors de ses précédentes visites." La chancelière allemande, qu'accompagnent une vingtaine de chefs d'entreprises dont le nouveau président du directoire de Volkswagen, Matthias Müller, doit se servir de cette visite sur deux jours pour redynamiser les relations d'affaires avec la Chine. Un déjeuner de travail avec ces représentants d'entreprises allemandes et le Premier ministre chinois, Li Keqiang, est au programme du second jour de sa visite. VW VEND PLUS D'UN TIERS DE SES VOITURES EN CHINE Car les capitaines de l'industrie allemande jouent gros en Chine. Les investissements directs allemands en Chine se montent à 48 milliards d'euros et près de 5.000 entreprises allemandes y sont présentes. Il n'est pas exclu que le scandale de la fraude aux émissions polluantes qui affecte le groupe Volkswagen, premier constructeur automobile au monde, ait des répercussions sur la balance commerciale avec la Chine. L'an dernier, les ventes de voitures allemandes en Chine ont représenté près du tiers des 75 milliards d'euros d'exportations allemandes vers le géant de l'Asie. Pour ce qui est de Volkswagen, le marché chinois a absorbé plus du tiers de ses ventes record de l'an dernier. Matthias Müller aura l'occasion de rencontrer en Chine les dirigeants des deux co-entreprises montée en partenariat avec VW, FAW Car 000800.SZ et SAIC Motor 600104.SS . (voir ID:nL8N12P0QW ) La compagnie allemande Lufthansa LHAG.DE espère elle progresser sur la voie d'un accord de co-entreprise avec Air China 601111.SS et Deutsche Börse vise un accord de coopération avec un acteur du marché financier chinois. Mais le volume des accords attendus devrait rester loin des quelque 55 milliards d'euros scellés entre la Grande-Bretagne et la Chine la semaine dernière. (voir ID:nL8N12L4SC ) L'émergence de la relation sino-britannique n'inquiète cependant pas la chancellerie fédérale: "L'Allemagne demeurera le principal partenaire de la Chine en Europe, et de loin", note un assistant de Merkel. (avec Andreas Rinke et Andreas Cremer; Henri-Pierre André pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant