AVANT-PAPIER-Les Pays-Bas appelés à voter sur un traité UE-Ukraine

le
0
    AMSTERDAM, 4 avril (Reuters) - Les électeurs néerlandais 
sont invités à se prononcer mercredi pour ou contre un traité 
d'association entre l'Union européenne et l'Ukraine, à 
l'occasion d'un référendum aux allures de test pour Bruxelles à 
quelques semaines du référendum du 23 juin sur l'appartenance du 
Royaume-Uni à l'UE.  
    L'accord, qui porte sur le commerce, la politique et la 
défense, est déjà en place à titre provisoire. Mais il doit être 
ratifié par les 28 Etats membres de l'UE pour avoir pleine force 
légale. Les Pays-Bas sont le seul pays à ne pas l'avoir ratifié. 
    Le référendum n'est pas contraignant et si le "non" 
l'emporte, le gouvernement néerlandais ne sera pas tenu de 
bloquer le traité au niveau européen.  
    Mais la fragile coalition au pouvoir, qui préside 
actuellement l'UE, pourra difficilement ignorer un tel résultat 
à moins d'un an des prochaines élections législatives.  
    La décision d'appliquer le traité malgré un "non" 
néerlandais serait également mauvaise pour l'image de l'UE et 
pourrait conforter les partisans britanniques d'un Brexit. 
    "Si la classe politique ignore un "non" néerlandais, ce sera 
une nouvelle preuve, encore plus forte, (...) qu'il n'y a pas 
moyen de changer la classe politique européenne", a déclaré 
Thierry Baudet, un militant du "non" et l'un des initiateurs de 
cette consultation, organisée à la suite d'une pétition ayant 
réuni plusieurs milliers de signatures.  
    Pour le chef du parti britannique UKIP (Parti de 
l'indépendance du Royaume-Uni), qui milite pour la sortie du 
Royaume-Uni de l'UE, "un message fort" sera envoyé si le "non" 
l'emporte avec un fort taux de participation.  
    Un rejet du traité avec l'Ukraine pourrait également 
constituer une petite victoire diplomatique pour le président 
russe Vladimir Poutine.  
    Mais la consultation ne semble guère mobiliser les foules.  
    Un sondage de l'institut Maurice de Hond paru dimanche 
prédit que deux tiers des électeurs néerlandais certains de 
voter se prononceront en faveur du "non", et seulement 25% en 
faveur du "oui".  
    Le taux de participation devrait être décisif dans tous les 
cas. Un quorum de 30% de votants est en effet requis pour 
valider la consultation et l'institut TNS Nipo prévoit pour 
l'heure un taux de participation de 32%.  
 
 (Anthony Deutsch, Thomas Escritt; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant